Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2006 > Cinéma 2006 > Le scénario Proust. Préproduction d’un film jamais réalisé

Mémoire

Le scénario Proust. Préproduction d’un film jamais réalisé

Mémoire d’Anna Pazen (Ciné 2006) - Directeur de mémoire : Michel Coteret

vendredi 17 juin 2011

Partager l'article avec  

Un jour de septembre 2005, j’ai eu entre les mains Le scénario Proust écrit par Harold Pinter en collaboration avec Joseph Losey, adapté de A la Recherche du Temps perdu de Marcel Proust.

Je cherchais un sujet pour mon mémoire de fin d’études. J’hésitais à orienter mes recherches vers l’image ou vers ce métier qui me plaisait tant et que j’avais découvert au cours d’un film de l’école : l’assistant réalisateur.

J’avais lu pour la première fois le roman de Marcel Proust quelques années auparavant. Il m’avait accompagné pendant deux ans. Je m’y suis très souvent retrouvée et depuis, les pensées de Proust restent une référence pour moi. La lecture du Scénario Proust m’a donner l’idée d’associer mon intérêt pour l’écrivain et celui pour le métier d’assistant réalisateur. Pinter a saisit ce qui m’était cher dans l’œuvre de Proust et je me suis sentie très proche du scénario. Le dramaturge anglais a regroupé la totalité des volumes de La Recherche dans son adaptation, ce que je trouvais très stimulant.

Apprenant que le film n’avait jamais vu le jour, je décidai de faire de mon mémoire la préparation du film tiré du scénario de Pinter et d’endosser le rôle d’assistant virtuel. Sans référence préexistante, je peux aborder le travail d’assistant comme si j’étais la première à le faire. Je vais ainsi mettre en œuvre de multiples facettes métier, vu la complexité du scénario, et tenter de mieux comprendre les enjeux et les caractéristiques de l’assistanat réalisation.

Le Scénario Proust, comporte de nombreuses indications visuelles et sonores qui offrent des pistes précieuses pour une préparation. Toutes les informations visuelles, techniques, artistiques du film futur me seront utiles car je n’aurais pas d’interlocuteur. Je suis sans réalisateur et sans producteur. Sans acteurs et sans équipe technique. Et pourtant c’est à eux que je m’adresserai quand je préparerai les documents de production, les repérages. C’est pour cette raison que je parlais d’assistante « virtuelle ». Il me reste la lecture d’A la Recherche du Temps Perdu et mon affection pour Marcel Proust pour me guider. Le scénario est un échantillon de l’œuvre et c’est cette dernière qui remplira les sièges vides laissés par la virtualité de mon entreprise de mémoire.

Dans un premier temps, je parlerai du scénario, de son contenu et de sa forme. Je développerai ensuite des différentes étapes de la préparation : la continuité, le dépouillement, les repérages. Je m’attarderai sur les décors de Balbec que je suis allée chercher sur place.

Enfin, j’évoquerai le plan de travail, ses problématiques et les différentes méthodes de rédaction.