Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2005 > Cinéma 2005 > Éclairer la nuit, aujourd’hui

Mémoire

Éclairer la nuit, aujourd’hui

Mémoire de Grégoire De Calignon - Directeur de mémoire : Jean-Fis. Gondre

vendredi 3 juin 2011

Partager l'article avec  

Éclairer une nuit est un exercice particulier pour le chef opérateur car il doit inventer la lumière là où il n’y en a pas ou très peu. Il doit aussi rendre visible ou lisible les éléments qui composent le plan tout en conservant un rendu souvent sombre.

Cette situation est donc paradoxale car il faut absolument de la lumière pour impressionner la pellicule ou le capteur vidéo mais il faut aussi que l’image traduise une faible luminosité. C’est un traquenard technique car on a l’obscurité comme point de départ et c’est une embuscade esthétique car il faut oublier les notions de réalisme.

Pour se sortir de ce guêpier, les opérateurs ont donc mis au point des conventions et des codes d’éclairage qui leur permettaient d’évoquer la nuit sans ambiguïté. Mais les différents styles d’éclairage nocturne sont le reflet de l’époque, du mouvement artistique et des contraintes techniques. Il est donc nécessaire de maîtriser l’évolution de ces styles et leurs causes pour pouvoir comprendre et analyser la situation actuelle.

Ce mémoire se penche donc sur plusieurs questions : Comment éclairer la nuit ? Quelle est la situation actuelle dans l’éclairage nocturne ? Comment en est-on arrivé là ? Que peut faire un chef opérateur aujourd’hui pour innover ? Qu’est-ce que le réalisme nocturne ? La recherche est axée sur les nouvelles technologies qui permettent d’obtenir de nouvelles esthétiques.

C’est pourquoi le numérique et la HD ont une place particulière dans ces travaux car il me semble que les prises de vue HD représentent les plus grands progrès récents et de nombreux films optent pour ce support dans des conditions de basses lumières. Il en découle de nouvelles images qui n’ont pas que des qualités mais qui ont le mérite d’exister.