Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2005 > Photo 2005 > Les tests d’objectif sont-ils objectifs ? Optimisation de l’analyse des (...)

Mémoire

Les tests d’objectif sont-ils objectifs ? Optimisation de l’analyse des critères qualitatifs

Mémoire d’Aurélie Hallereau - Directeur de mémoire : Pascal Martin

dimanche 29 mai 2011

Partager l'article avec  

L’optimisation de la qualité d’un objectif est depuis toujours la préoccupation des opticiens devant trouver des compromis lors de sa conception. L’objectif parfait n’existe pas, il a toujours des défauts que l’on nomme résidus d’aberrations.

Ces altérations de l’image dépendent également des paramètres quantitatifs tels que sa longueur focale ou l’ouverture de diaphragme. La qualité d’un objectif est déterminée par la mise en place de tests optiques permettant selon le cas de qualifier ou de quantifier ces défauts. Il en existe un grand nombre mais sont-ils vraiment objectifs ?

Pour répondre à cette question, il est nécessaire de recenser de façon exhaustive la plupart des méthodes existantes afin d’en dresser une typologie. Des tests à lecture directe aux tests numériques, nous avons retenu ceux utilisant les mires et la fonction de transfert de modulation. Ils offrent, en effet, lorsqu’ils sont utilisés en complémentarité, assez d’informations pour la caractérisation d’un objectif. Dans un premier temps nous avons élaboré un système de test modulable permettant d’étudier non seulement l’influence des paramètres de l’objectif mais également la nature de la mire utilisée.

Nous avons obtenu une disparité des valeurs en fonction de la zone du champ testé et en fonction de la modification de certains paramètres quantitatifs évoqués plus haut. Le pouvoir séparateur étant trop limitatif pour l’évaluation de la qualité d’un objectif, nous avons intégré à notre système de test un outil de mesure recouvrant la fonction de transfert de modulation.

La réalisation d’une mire sinusoïdale ainsi que la conception d’un outil informatique permettant de traiter les donnés nous a permis de donner à notre système une dimension nouvelle par rapport aux protocoles existants. Dans un souci de complémentarité, la mise en état d’un projecteur de résolution nous a paru la solution adéquate étant donné le côté objectif de cette méthode.

En opposition à la méthode précédente, le projecteur de résolution permet de tester seulement l’objectif. De plus l’observation des défauts peut être réalisée par plusieurs observateurs en même temps.