Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2005 > Photo 2005 > Féminin-Masculin : Photographier la différence. Etude des pratiques (...)

Mémoire

Féminin-Masculin : Photographier la différence. Etude des pratiques photographiques liées à la différence sexuelle

Mémoire de Arnaud Delrue - Directrice de mémoire : Claire Bras

vendredi 27 mai 2011

Partager l'article avec  

Cette recherche a été initiée par une pratique personnelle de la photographie dans laquelle sont explorées les frontières entre le masculin et le féminin. La photographie est apparue comme un outil puissant pour questionner, distordre, analyser les enjeux, ou proposer d’autres formulations de la différence des sexes et ainsi dialoguer avec les différents champs de réflexion des sciences humaines. Car penser cette différence interroge les relations entre nature et culture, corps et esprit, ou encore entre le particulier et l’universel.

Ainsi, il s’agit d’un parcours des différents lieux d’interrogation de la différence des sexes dans lequel est mis en perspective la manière dont la photographie et les sciences humaines peuvent se traverser et s’enrichir mutuellement. Tout d’abord, une approche sociologique de la photographie permet de mettre en exergue grâce à la notion de genre, les normes dans lesquelles sont intriqués le masculin et le féminin.

La parodie, l’ironie et le simulacre servent alors à développer un discours politique (notamment envers les minorités sexuelles) mais également à déceler les conséquences d’une utilisation massive de ce médium par les médias sur la construction de l’identité sexuelle. Les limites d’un tel modèle qui sert finalement de « cache-sexe » en assimilant cette identité à une catégorie sociale, nous permettent d’envisager avec la psychanalyse une autre manière de subjectiver le sexe. Les mêmes outils sont alors utilisés pour mettre à mal les archaïsmes d’une pensée qui cloisonne le féminin et le masculin à l’intérieur d’un « ordre sexuel » verrouillé par la théorie du phallus de Freud et son dérivé lacanien : le complexe d’OEdipe.

La photographie permet néanmoins de s’en dégager par une tentative de représentation de la différence des sexes opérée par le truchement de l’informe qui formalise les fantasmes et des pulsions impliqués dans cette différenciation. Une approche historique permet ensuite de relativiser toute conception de la différence sexuelle en révélant le caractère forcément subjectif de toute tentative d’appréhension. Ce qui permet de proposer une autre subjectivité qui est celle du post-humain dans laquelle la photographie, par la simulation et la métaphore, devient une véritable force de proposition éthique, sociale, et philosophique.

La photographie est ainsi prise dans les paradoxes d’une pensée qui produit la différence des sexes et qui est en même temps produite par cette différence. Elle agit comme le vecteur entre une individualité faite de fantasmes et de pulsions protéiformes, et un imaginaire social, culturel et symbolique, sans cesse à reformuler.

P.-S.

Téléchargement de la deuxième partie du mémoire : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...

Téléchargement de la troisième partie du mémoire : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...

Téléchargement de la quatrième partie du mémoire : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...