Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2005 > Photo 2005 > Etude sensitométrique du rendu des détails des papiers jet d’encre. (...)

Mémoire

Etude sensitométrique du rendu des détails des papiers jet d’encre. Comparaison des papiers nanoporeux et absorbants

Mémoire de Pascale Leboeuf - Directeurs de mémoire : Bernard Leblanc et Théo Mataranga

mardi 31 mai 2011

Partager l'article avec  

Les systèmes d’impression jet d’encre sont de plus en plus répandus, le marché des papiers jet d’encre de qualité photographique s’accroît chaque année, et il n’existe toujours aucune norme permettant d’établir un protocole de mesure pour évaluer la qualité des tirages jet d’encre.

Pourtant de nombreuses personnes restent sceptiques face à cette qualité et il semble donc nécessaire d’établir des critères de caractérisation afin de pouvoir effectuer des comparaisons. Étant donné l’ampleur d’une étude générale sur le rendu des impressions jet d’encre, il a fallu restreindre notre travail à un domaine précis : le rendu des détails.

Très peu d’informations sont disponibles sur les papiers que l’on peut trouver dans le commerce. Il est difficile de savoir comment ils sont composés, et leurs compatibilités avec les différents systèmes d’impression. Nous avons donc cherché à identifier les structures des papiers jet d’encre et nous avons pu discerner les structures nanoporeuses de celles absorbantes par des coupes et des observations au microscope dans l’épaisseur de la feuille.

Par la mise en place d’une mire vectorielle composée d’éléments essentiels à l’analyse du rendu des détails, nous avons pu établir que les papiers jet d’encre de type absorbants ne permettent pas, en général, la restitution d’aussi fins détails que les papiers nanoporeux. Cette remarque est valable quel que soit le modèle d’imprimante et le type d’encres utilisées. Cependant, la structure du papier n’est pas le seul facteur qui influence le rendu des détails de l’impression finale, et certains papiers nanoporeux ont également montré des faiblesses dans certains cas.

La structure des papiers est donc un facteur influant sur le rendu des détails, mais les interactions chimiques entre les encres et la couche image doivent également être prises en compte. Cela explique que tous les papiers d’une même technologie ne donnent pas les mêmes résultats.