Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2005 > Photo 2005 > De la collaboration en photographie. Approche critique de la photographie (...)

Mémoire

De la collaboration en photographie. Approche critique de la photographie participative

Mémoire de Yasmine Eid-Sabbagh - Directeurs de mémoire : Bernard Lemelle et Michel Guerrin

lundi 30 mai 2011

Partager l'article avec  

Ce travail présente une réflexion sur la photographie participative ayant comme fondement une expérience réalisée avec 100 jeunes, en 2001, dans six camps de réfugiés palestiniens du Liban. Cette expérience a évolué en 2005 vers le début d’un travail plus approfondi avec dix adolescents du camp de Borj el-Shemmali, situé dans la banlieue de Tyr au Sud Liban.

Cette dernière expérience, ainsi que celles réalisées par d’autres photographes et présentées ici à l’aide d’entretiens (en annexe de ce mémoire), servent à définir ce qu’est « photographier ensemble » : une démarche que je nommerai ici « photographie participative » et qui décrit un type de projets autant pédagogique et social que photographique, dans lesquels des moyens photographiques (Prêt à photographier (PAP), appareils numériques, sténopés, compacts ou réflexes argentiques) sont donnés à des groupes d’individus appartenant à des communautés « marginales » de la société, afin qu’ils s’expriment par le moyen de l’image photographique. Cette démarche née historiquement au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale dans les autres arts, et apparue en photographie dans les années 1970, s’est multipliée durant ces dernières années.

Ces projets se différencient par l’implication que le photographe propose à la communauté, et l’autorité qu’il impose. On peut ainsi distinguer entre les projets de simple participation et d’autres travaux, plus élaborés, qui cherchent à mettre en place un travail de collaboration autour de l’image photographique. Dans ce dernier cas l’implication de la communauté s’étale sur les différentes étapes de la production de l’image photographique.

À la différence, dans le cadre d’une participation, leur implication se limite généralement à la prise de vue. Mon expérience palestinienne au Liban est ainsi un exemple de l’évolution d’un travail originellement participatif vers un travail en collaboration.

P.-S.

Téléchargement des annexes : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...