Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2005 > Photo 2005 > Analyse des différents flous optiques de la nature qualitative des (...)

Mémoire

Analyse des différents flous optiques de la nature qualitative des objets

Mémoire de Marie Anne Rabier - Directeur de mémoire : Pascal Martin

vendredi 10 juin 2011

Partager l'article avec  

Il est prouvé que la profondeur de champ varie en fonction de l’ouverture, la distance focale et la mise au point. Elle définit un espace de part et d’autre de la distance de mise au point où l’image enregistrée est nette. Cette notion d’espace introduit nécessairement la détermination de bornes.

Néanmoins, la pratique montre que la frontière entre « flou » et « net » n’est pas franche. Il existe donc des paramètres plus subtils qui ne sont pas pris en compte dans les modèles mathématiques, mais qui semblent agir sur l’évolution du flou optique.

Notre étude n’est pas motivée par l’intention de rompre avec un système existant mais de le compléter. Plutôt que de définir des limites fixes du net, le principe tend à examiner comment s’opère la transition du flou au net de profondeur. L’étude présentée confirme ainsi que l’évolution spatiale du flou peut être associée à la nature qualitative des objectifs.

Cette hypothèse a souvent été évoquée sans pourtant être démontrée scientifiquement. Le dispositif instauré dans le cadre de cette étude montre qu’il est possible de décrire expérimentalement l’allure de la représentation en profondeur de l’objectif et donne une démonstration convaincante de l’hypothèse posée.

Ces résultats s’expliquent d’abord par l’intervention des aberrations indissociables de l’objectif, qui apportent un effet de flou supplémentaire. Même si les fabricants tentent de les limiter, un objectif ne peut être parfait. La correction des aberrations dépend alors de l’application prévue pour l’objectif.

Quant à la diffraction, il s’agit d’un phénomène irréductible. Cette dernière intervient dans tous les cas de formation d’image qui nécessitent l’usage d’un instrument d’optique. Cette recherche n’est pas une fin en soi mais un instrument pour une meilleure appréhension du flou/net de profondeur. Elle apporte une propriété significative dans la maîtrise du phénomène.

L’outil développé ne présente donc pas seulement un intérêt scientifique mais aussi esthétique, puisque son but consiste à aider le photographe dans sa tâche (qu’il soit technicien ou artiste).