Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2005 > Son 2005 > Le caractère fétiche du son

Mémoire

Le caractère fétiche du son

Mémoire de François Bonnet - directeurs de mémoire : Gérard Pelé (Dir mémoire), François Donato (Dir externe)

mardi 10 mai 2011

Partager l'article avec  

Il existe un caractère fétiche du son : voilà la proposition que cette étude cherche à vérifier. Il est alors indispensable de s’interroger sur les notions de fétiche et de caractère fétiche, de bien les définir et les circonscrire afin d’obtenir une définition composite (empruntant à l’anthropologie, à l’économie, à la psychanalyse...) pertinente et adaptée.

Un tel caractère fétiche se loge en fait dans différentes notions, qui semblent faire autorité chez les facteurs de son, comme par exemple la fidélité (d’une scène sonore) ou la transparence (d’un dispositif). C’est sous l’impulsion du caractère fétiche que l’événement sonore se disloque, au profit d’un son démembré, idéalisé, devenant prétexte et support à un régime de légitimation et d’autorité portant lui-même tout un ensemble de fétiches.

On note également l’aspect fétiche de notions comme celle d’écoute naturelle et de réalisme sonore. Intégrant à l’étude les questions relatives à la représentation, à la restitution et à l’interprétation, on peut alors dire que la volonté réaliste, présente partout, franchit une étape dans les pratiques du son, en ce qu’elle passe d’une volonté de représentation réaliste, à un fantasme de restitution du réel.

Une des composantes du caractère fétiche se trouve là, dans ce paradoxe de croire en la possibilité d’une pratique purement restitutive, de vouloir en être part active ( d’être ainsi, l’auteur de cette restitution) tout en étant transparent (donc impersonnel).

C’est ainsi que se révèle le caractère fétiche du son : source des dogmes et des fantasmes, pieuvre au mille ramifications entravant toute tentative de pratiques alternatives ou presque, la seule voie de dégagement semblant être celle de l’expérimentation et de l’adaptation au contenu sonore, affirmant le caractère authentique de l’événement sonore : son ici et maintenant. Le caractère fétiche, seulement partiellement démasqué, montre alors dans sa fuite ce qui semble être le dernier fétiche : le praticien du son lui même, et son oreille en particulier.