Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2004 > Photo 2004 > Influence d’un encollage superficiel des papiers Beaux-Arts, sur la (...)

Mémoire

Influence d’un encollage superficiel des papiers Beaux-Arts, sur la stabilité à la lumière des impressions à jet d’encre

Mémoire de Marine Berton - Directeurs de mémoire : Jean-Paul Gandolfo, Martine Gillet et Eliane Rousset

dimanche 12 juin 2011

Partager l'article avec  

Les problématiques de conservation des épreuves photographiques à jet d’encre sont au coeur des recherches actuelles, des préoccupations des fabricants, mais aussi des utilisateurs, de plus en plus soucieux de la stabilité des images dans le temps.

Elles regroupent autant les principes de cette technologie, que les composants des encres, les supports et les interactions entre ces deux derniers. La qualité du couchage du support est donc primordiale. Les papiers, de type aquarelle, ont intégré le marché des éditions d’art, et sont, de ce fait, de plus en plus développés et optimisés pour la technique du jet d’encre par un apprêt spécifique. L’utilisation de papiers Beaux-Arts, destinés à l’origine pour la gravure ou le dessin, permet d’élargir le champ des papiers potentiels, à condition de les préparer au mieux à l’utilisation des impressions à jet d’encre par l’apport d’un encollage superficiel.

Dans ce contexte, nous avons orienté notre étude sur la stabilité des impressions à jet d’encre sur de tels papiers, encollés selon diverses formulations et méthodes : cela permet alors de dégager les systèmes les plus stables. Nous avons effectué une série d’encollages sur plusieurs papiers Beaux-Arts, que nous avons imprimés ensuite en jet d’encre, avec des encres à colorants et à pigments.

Les tests de vieillissement accélérés à la lumière, effectués au CRCDG (Centre de recherche sur la Conservation des Documents Graphiques), se sont appuyés sur le protocole de la norme ISO 10977. Deux méthodes du suivi des dégradations ont cependant été menées : densitométrique, au status A, et colorimétrique, par le calcul des écarts de couleur CIELAB dans le temps.

Les mesures ont permis de juger l’influence de la nature de l’encollage et de son interaction avec la matière colorée de l’encre. Les papiers pour impression à jet d’encre testés font preuves d’une grande qualité envers la définition des impressions comparativement aux papiers Beaux-Arts traditionnels encollés. Cependant, l’adjonction de certains encollages, et en particulier la gélatine, sur ces papiers, donne une plus grande stabilité aux encres à colorants : les impressions ont alors une résistance face à la lumière supérieure aux papiers pour impression à jet d’encre. Les encres à pigments de dernière génération ont, de leur côté, une remarquable qualité de conservation, que les encres à colorants n’atteignent pas encore.

Cependant, du fait de leurs natures et de leurs profils de pénétration, les encres à pigments sont déconseillés avec l’usage des encollages formulés et testés dans ce mémoire.

Téléchargement des annexes