Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2004 > Photo 2004 > Distanciation dans la photographie d’actualité

Mémoire

Distanciation dans la photographie d’actualité

Mémoire de Christophe Caudroy - Directrice de mémoire : Françoise Denoyelle

dimanche 8 mai 2011

Partager l'article avec  

La rédaction de ce mémoire a été motivée par des interrogations sur de la représentation du réel dans la photographie d’actualité. Cette notion d’actualité est ici étudiée au sens large, car elle dépasse aujourd’hui le strict cadre de la photographie de presse.

En effet une photographie basée sur la démarche documentaire émerge depuis une dizaine d’année et peut apparaître comme une alternative à la photographie de presse. Il convient d’étudier, en premier lieu, l’état de la photographie d’actualité aujourd’hui.

Le photojournalisme et le photoreportage sont malades, c’est une idée très répandue dans le monde de la photographie depuis de nombreuses années. Pourtant le festival Visa pour l’image, n’a jamais eu autant de succès et certains photographes font l’objet d’un réel engouement du public. Le contraste est fort entre la multiplication des événements liés à la photographie et le désintérêt croissant de la presse pour le reportage en images.

Pour analyser ce problème, il faut prendre en considération les évolutions des médias écrits et la photographie qui lui est associée, ces vingt dernières années. Les désillusions vis-à-vis de la photographie de presse et de la politique iconographique des journaux, poussent les photographes à reconsidérer leur façon d’aborder le monde et la photographie.

Certains d’entre eux, voient en la démarche documentaire initiée par Walker Evans dans la première partie du vingtième siècle, la solution à leurs préoccupations éthiques et esthétiques. Le « style documentaire » apparaît ainsi comme une alternative à une photographie de presse en crise. Mais cette démarche ne serait-elle pas une remise en cause plus profonde de la photographie contemporaine ?

En se démarquant des pratiques de la presse et en rejetant les milieux artistiques, la forme documentaire se situe dans un entre deux à l’équilibre précaire. Elle cherche à redéfinir la notion d’actualité et la façon de l’aborder. Elle questionne aussi les modes de diffusions de leurs travaux et la notion de public. On peut pourtant s’interroger sur la difficile adéquation entre les discours théoriques et leur réalisation pratique. Cette démarche, qui peut paraître dogmatique par son rejet des formes photographiques préexistantes, ne serait-elle pas victime de son succès ?

En effet, en minimisant les aspects éthiques dans leurs travaux, certains photographes risquent de transformer la démarche en un maniérisme documentaire, mettant à mal l’utopie que semble aujourd’hui représenter la forme documentaire.