Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2000 > Cinéma 2000 > La mise en scène des corps dans "La liste de Schindler" de Steven (...)

Mémoire

La mise en scène des corps dans "La liste de Schindler" de Steven Spielberg

Mémoire de Loïc Espinosa - Directeur de mémoire : José Moure

jeudi 2 juin 2011

Partager l'article avec  
A travers La Liste de Schindler, Spielberg a non seulement inscrit de la mémoire, mais a cherché à s’opposer au projet nazi dans son essence, qui consiste à faire disparaître des groupes d’individus (juifs, homosexuels, tziganes…), derrière leurs corps biologiques, en leurs niant toute individualité. Ce mémoire étudie la façon dont Steven Spielberg filme le corps de ses personnages, pour mettre en scène le point de vu nazi en opposition avec son propre point de vue de cinéaste, soucieux de préserver l’individualité de chaque personne. Comme s’il s’agissait d’un zoom arrière sur le corps, le mémoire étudie… 1) La façon de filmer les parties du corps d’un personnage. 2) La façon de filmer les corps dans l’espace. 3) La mise en scène des deux corps de groupe, nazi et juif. 4) L’utilisation du point de vue à travers le corps, le plan subjectif. Il conclue en montrant que Spielberg ne considère pas le nazisme comme une force extérieure qu’il faut connaître, mais comme un potentiel destructeur se trouvant dans le coeur de chaque individu (cf. Amon Goethe, le commandant SS du camp), au même titre que l’altruisme et la bienveillance (cf. Schindler).