Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2008 > Cinéma 2008 > La lumière entre chien et loup. Révéler au cours de l’obscurcissement (...)

Mémoire

La lumière entre chien et loup. Révéler au cours de l’obscurcissement cinématographique

Mémoire de : Camille Durin - Directeurs de mémoire : J.L. Fournier - P. Lhomme (AFC)

jeudi 28 avril 2011

Partager l'article avec  

Le chien et loup désigne la courte période entre le coucher du Soleil (juste après être passé sous l’horizon) et la nuit noire. Ce passage du jour à la nuit est un moment de transition physiologique, qui influe sur notre manière de percevoir notre environnement.

En effet, ce croisement entraîne un changement visuel lié à la nature des cellules photoréceptrices de l’oeil activées : les couleurs et les détails disparaissent. L’éclat du jour laisse place à une pénombre de plus en plus dense. La dynamique de la lumière se réduit et le contraste s’adoucit. La nature même de la lumière change, passant de directe à réfléchie, ce qui provoque un refroidissement visuel.

L’étude de peintures figurant effets jour, nuit et chien et loup nous permettra de mieux visualiser cette évolution. Ainsi, cet aperçu nous donnera, par la suite, les moyens de pouvoir interpréter la lumière crépusculaire en termes d’image cinématographique (éclairement, teintes, saturation, piqué, contraste, température de couleur…). Il sera alors possible de la restituer et/ou d’avoir l’éventualité de l’incarner différemment, grâce aux divers outils mis à la disposition de l’image d’un film (choix d‘exposition et étalonnage). Cette exploration des moyens techniques ne devra pas, cependant, nous éloigner du but que l’on cherche à atteindre : utiliser la lumière entre chien et loup dans la continuité, comme effet graduel d’une séquence, pour intensifier la mise en scène. En effet, paradoxalement, cet obscurcissement progressif peut révéler tout en plongeant dans l‘obscurité. Ce resserrement progressif sur les visages est une particularité que seul le cinéma peut véritablement faire exister, étant le seul art visuel jouant avec le temps.

Deux films me semblent mettre à profit cette réelle collaboration entre lumière et action : Cyrano de Bergerac et Tess. En effet, dans ces deux films, la lumière est le complément parfait de la mise en scène - ce qui en a fait, d’ailleurs, des films de renommée. Ces derniers sont aussi les exemples d’une mise en pratique de concepts visuels réussie.

C’est une chose à prendre en compte car la préparation, l’organisation et l’orchestration d’un tournage entre chien et loup demande une grande rigueur, une connaissance approfondie, et surtout de l’expérience.