Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2008 > Son 2008 > Application des sytèmes de Lindemayer à la synthèse sonore

Mémoire

Application des sytèmes de Lindemayer à la synthèse sonore

Mémoire de : Thibault Lefranc - Directeurs du mémoire : T. Coduys - G. Assayag

samedi 7 mai 2011

Partager l'article avec  
Le sujet de ce mémoire est d’ordre poétique. En effet, il ne s’agit pas, ici, de prouver quoi que ce soit ou de mener des expérimentations avec une démarche d’ordre scientifique, d’aboutir à quelque chose d’utile matériellement. Non, l’objet de ce mémoire est autre car il s’agit de produire du son avec des algorithmes qui ont pour fonction de représenter des arbres ou des plantes : les systèmes de Lindenmayer (ou L-systems). Pour le nouveau venu, la rencontre de ces deux univers apparemment éloignés peut paraître surprenante, ou belle dans l’idée, de par son apparente absurdité. L’artiste avisé ou le spécialiste du numérique sera, lui, en terrain connu. Car il sait les possibilités du puissant langage qui génère ces « arbres de vie », et la fascination qu’il exerce sur les artistes tous domaines confondus. L’idée d’interpréter par les sons cette grammaire générative que constituent les L-systems n’est pas nouvelle, néanmoins, il faudra être rigoureux et réunir les connaissances artistiques et techniques nécessaires pour pouvoir comprendre le travail qui est à réaliser. C’est pourquoi dans un premier temps, on cherchera à contextualiser ce travail dans l’univers artistique du présent, puis de comprendre le sens des L-systems tout en cherchant le moyen de les transposer dans l’univers sonore au moyen de procédés de synthèse. Enfin, dans une troisième partie, on présentera ce qui est l’aboutissement de ces recherches et réflexions : une installation dont on tentera de décrire le fonctionnement technique. Ce travail se veut comme une réflexion sur les rapports qu’entretiennent l’art et la science, le visuel et le sonore, le sensible et le calcul.