Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2008 > Photo 2008 > La réception des effets visuels de la compression JPEG par le grand (...)

Mémoire

La réception des effets visuels de la compression JPEG par le grand public

Mémoire de : Cyrille Robin (Photo 2008) - Directeurs de mémoire : Franck Maindon et André Gunthert

mardi 19 avril 2011

Partager l'article avec  
La compression JPEG est une pratique courante liée à l’usage de l’informatique dans la photographie. Elle sert à rendre plus facilement manipulables, stockables et diffusables les images numériques. Pour cela, elle utilise des méthodes de statistiques qui modifient légèrement l’apparence. Cette indispensable variation de l’aspect a été conçue pour rester difficilement détectable à l’oeil humain. Malheureusement, utilisée à des taux excessifs, la compression JPEG peut avoir de graves conséquences sur l’image en se traduisant par de fortes dégradations visuelles. Ce défaut devient alors très caractéristique et reconnaissable. Un oeil humain ayant régulièrement été confronté à ce défaut ne peut assurément pas l’analyser de la même manière qu’un autre. Par ailleurs, le contenu de l’image présentant ce défaut peut influencer le jugement que l’on apporte sur la qualité de celle-ci. Ce travail de recherche réunit : les causes de la détérioration visuelle des photographies numériques, les méthodes qui permettent de mesurer objectivement cette dégradation, et une analyse du regard que porte aujourd’hui le grand public sur la photographie numérique. On s’intéresse donc au bouleversement des moeurs, lié à la démocratisation du numérique et d’Internet, pour le mettre en relation avec l’évolution du regard sur les images. On travaille à partir d’écrits théoriques pour donner des pistes de réflexion sur ce sujet, et à partir de sources scientifiques pour donner des valeurs numériques aux mécanismes du regard. C’est dans un dialogue entre les sciences expérimentales pures et les sciences humaines que ce sujet se propose d’exister.