Accueil du site > Actualités > Evénements > Le plus ancien laboratoire photo au monde

Le plus ancien laboratoire photo au monde

mercredi 31 octobre 2007

Partager l'article avec  

Un laboratoire photo vient d’être retrouvé, datant de 1840 et resté intact depuis le décès en 1855 de Joseph Fortuné PETIOT-GROFFIER. Incroyable et pourtant vrai.

Article tiré de la lettre d’information de l’AEVLL parue en octobre 2007

Faut-il parler de hasard quand en janvier dernier Pierre-Yves Mahé, directeur du groupe Spéos et initiateur de la Maison Niépce, est invité à prendre connaissance de ce lieu préservé en l’état par tradition familiale ? Toujours est-il que personne n’ose imaginer ce qu’il aurait pu advenir de ce patrimoine aussi impressionnant qu’inattendu face à d’autres personnalités moins averties.

Son premier réflexe sera de photographier les lieux en l’état, en technologie numérique et argentique –une chambre photographique 4x5’, pas moins-, puis de trouver la meilleure destination pour un lot de quelques 550 flacons de produits divers, 450 livres et plus de 1000 accessoires nécessaires à la réalisation des procédés daguerréotypes et collodions. Rapidement, un accord est scellé pour que l’ensemble soit officiellement pris en charge par la Maison Niépce près de Chalon sur Saône, avec un engagement à ne pas dissocier l’ensemble et à mentionner le nom PETIOT-GROFFIER.

L’inventaire ne fait que commencer, il faut passer à la loupe tous ces ouvrages à l’origine des procédés photographiques, et analyser des produits dont la toxicité est manifestement à l’origine du décès de 1855. Sans vrai budget à y consacrer, c’est bénévolement que Pierre-Yves Mahé en collaboration avec Jean-Louis Marignier chercheur au CNRS décortique maintenant la masse d’informations collectée.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Pierre-Yves Mahé rencontre la George Eastman House aux Etats-Unis quelque temps après et confronte son inventaire à leur analyse d’experts, qui aboutit à une évidence : des pièces majeures manquent à l’appel, qui laissent fortement présumer de l’existence d’un autre local : le laboratoire humide. Gagné : une nouvelle investigation en juillet met à jour une autre pièce utilisée jusque là comme entrepôt et comprenant évier, éclairage inactinique et quelques objets manquants dans la première pièce.

Triste ironie de l’histoire, la photographe Janine Niépce –qui aimait tant la Maison de son parent éloigné Joseph Nicéphore Niépce- s’éteignait à Paris le 5 août dernier à l’âge de 86 ans. Bien au fait de l’existence de ce laboratoire, elle n’avait pas pu s’y rendre.

Une première exposition de courte durée a été proposée les 22, 23 et 24 juin derniers dans la galerie « Chambre avec Vues » à Paris, l’essentiel du laboratoire sera visible à la Maison Niépce ouverte chaque année de mi-juin à début septembre :

Voir en ligne : www.niepce.com

P.-S.

Maison Nicéphore Niépce,
Bistrot de la Photographie
2 rue Nicéphore Niépce
71240 Saint-Loup-de-Varennes
www.niepce.com

Informations recueillies auprès de Pierre-Yves Mahé par Michel Prik (Photo 1981)

Documents joints