Accueil du site > L’association > Biographies et CV > Biographie de Jean-Claude Diamant-Berger (1920-1944)

Biographie de Jean-Claude Diamant-Berger (1920-1944)

Cinéma 1940

mardi 8 août 2006

Partager l'article avec  

Biographie

Fils d’Henri et Suzanne Diamant-Berger (cinéaste). Né le 7 mars 1920 à Paris, il fait ses études au Lycée Montaigne et au Lycée Louis-Le Grand (bachelier et diplômé de l’École de Photographie). Très jeune, il était habité par ce qu’il appellera lui-même « des coups de passion verbale, des désespoirs à la René et des admirations fébriles." Mais toujours ces rêves et ces délires, il les décrit, il les écrit- car sa passion la plus dévorante, c’est l’écriture.
Il était tout imprégné de LAUTREAMONT, GERARD DE NERVAL, RIMBAUD . Il rencontre un groupe de jeunes adeptes d’ANDRE BRETON. Il en est ébloui, retenant du surréalisme la définition « d’une poésie qui changerait le rêve en action ».
Homme de gauche, pacifiste, le 25 mai 1940, il est arrêté par la police française pour avoir distribué des tracts pacifistes et pour son appartenance à la IVème Internationale. Le 10 juin au moment de l’évacuation de la prison de la Santé il s’évade et réussit à rejoindre la zone libre le 15 Septembre - Arrivé dans le midi, mobilisable, il est affecté aux Chantiers de la Jeunesse. Il est démobilisé en janvier 1941 et réussit à quitter la France en septembre 1941. Le 21 juillet 1942 il arrive à Londres où il est envoyé à l’École des Cadets de la France Libre (équivalent de St Cyr). En 1943, à la sortie de l’Ecole des Cadets de la France Libre, (promotion Fezzan Tunisie) il devient aspirant parachutiste en août 1943 et est affecté au 3ème Bataillon SAS-3ème R.C.P.
En 1944, il arrive à Bayeux, où il est affecté au service photo-presse-cinéma et photographie pour la célébration du 14 juillet à Caen. Le 18 juillet ou 24 juillet 1944 (date incertaine), c’est en mission sur les bords de l’Orne qu’il est tué.

Il est enterré au cimetière britannique de Ranville.- Il a son nom au Panthéon sur la plaque dédiée aux poètes morts au champ d’honneur et une stèle au Jardin des Poètes Porte d’Auteuil Paris.
En sa qualité de parachutiste, 3ème Bataillon SAS-3ème R.C.P, son nom figure sur le mémorial SAS à Sennecey Le Grand près de Chalons sur Saone depuis septembre 2002.

Poète surréaliste, il est membre de plusieurs revues : "Réverbères" (1938-1939), de la "FIARI" (1939), de "La Main à plume" (1941-1944).

Bibliographie

Poèmes, fascicule préfacé par Raymond Aron, publié à Londres, 1944 Poèmes, L’Eternelle revue - Eluard, 1945 (intervention collective) La Résistance et ses poètes France 1940-1945 Éditions Pierre Seghers Poèmes d’Éverlor, Pierre Seghers, 1951
Coloriage en l’honneur de Federico Garcia Lorca mort, GLM, 1971 - Revues : Les Réverbères (1938-1939), Clé (1939).
Expositions collectives : Les Réverbères (cat., 1938)
Livre : Poète oublié, ami inconnu, Édition Glyphe & Biotem, mai 2004

P.-S.

Informations communiquées par Mme Claudine Lassner Diamant-Berger, nièce de Jean-Claude Diamant-Berger.