Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2015 > Photo 2015 > La photographie culinaire au naturel (dite « green ») : Une authenticité (...)

La photographie culinaire au naturel (dite « green ») : Une authenticité contestable ?

Mémoire d’Annaëlle Raguet - Directeur de mémoire : Christophe Caudroy

mercredi 28 octobre 2015

Partager l'article avec  

La photographie culinaire fait partie de notre paysage visuel quotidien.

Au cours de ces dix dernières années, une nouvelle forme de passion pour la cuisine a émergé au sein des sociétés occidentales. La photographie culinaire est aujourd’hui plébiscitée par le grand public et devient un terrain d’expérimentation pour une communauté d’amateurs de cuisine et d’images.

Parallèlement à cet intérêt croissant pour l’univers de la cuisine, la santé et le respect de l’environnement sont devenus des préoccupations de premier ordre. Manger sain se pose donc en réponse à tout cela.

Au travers des plateformes de blogs amateurs, une certaine tendance en matière de photographie culinaire voit le jour peu avant 2010. De plus en plus de blogueurs photographes illustrent les recettes de leurs articles par des images dotées d’une esthétique similaire. Ces blogs sont également liés par des valeurs communes telles que le retour à un rythme de vie plus lent et à une alimentation raisonnée. Cet ensemble sera appelé le genre photographique culinaire green, terme souvent employé dans ce milieu.

Tout en insistant sur l’authenticité de leur discours, ces blogueurs mettent en scène avec minutie chacune de leurs photographies. Un certain nombre de codes visuels implicites mais très présents se dégagent, ce qui questionne cette même notion d’authenticité. 
 De plus, suite au succès grandissant du genre, une partie des blogueurs se professionnalise. Le risque que ce nouveau paramètre économique modifie les intentions d’origine de la démarche est donc réel.

Autre conséquence apportée par cette popularisation, certains professionnels de la communication et de l’audiovisuel tournent leur attention vers le genre, devenant alors une source d’inspiration. En adoptant ses codes visuels, il permet de faire référence à une tendance visuelle actuelle de même qu’à une certaine qualité nutritionnelle et éthique. L’esthétique du genre green apparaît maintenant sur l’un des médiums les plus visibles, la publicité à la télévision.

Face à cette démocratisation progressive d’un genre jusque là marginal et amateur, la question de l’évolution de l’authenticité dans le genre « green » se pose.

Voir en ligne : Télécharger le mémoire