Accueil du site > Témoignages > Ils nous ont quittés > Paul Bonis (Ciné 60) nous a quittés

Paul Bonis (Ciné 60) nous a quittés

mercredi 8 juillet 2015

Partager l'article avec  
C’est avec une profonde tristesse que nous apprennons la disparition du directeur de la photographie Paul Bonis (Ciné 1960), le jeudi 2 juillet 2015 au Bono (Morbihan) à l’âge de 76 ans. Durant les quarante ans de vie qu’il a consacré au cinéma, il a croisé le chemin de réalisateurs tels Agnès Varda, Jean-Louis Bertuccelli, Michel Sibra et Claude Chabrol, son « maître et presque père de substitution », comme il se plaisait à le considérer.

Né en 1940, d’un père résistant mort en 1944, Paul Bonis fréquente dans les années 1950 le petit séminaire où il découvre le cinéma au ciné-club. Sorti de l’Ecole Louis-Lumière, alors rue de Vaugirard à Paris, en 1960, il intègre l’année suivante l’équipe image du film Cléo de 5 à 7, d’Agnès Varda, où il fait la rencontre du directeur de la photo Jean Rabier, dont il devient l’assistant de 1965 à 1971. En particulier sur les films de l’époque réalisés par Claude Chabrol, qui le marquera profondément pour son humanité.

Après avoir été le cadreur de Claude Zidi (Ciné 1955) sur quelques films, celui-ci le prend comme chef opérateur sur le premier film qu’il réalise, Les Bidasses en folie, en 1971. Il enchaînera avec lui six comédies. En 1968, il avait fait les images du court métrage La Cage de Pierre, réalisé par Pierre Zucca, qui lui demandera par la suite d’être son directeur de la photo pour Vincent mit l’âne dans un pré, en 1975. Suivront, entre autres longs métrages, Rouge-gorge, sélectionné au Festival de Cannes en 1985, et Alouette, je te plumerai, en 1988.

A partir des années 1990, il photographie des films pour la télévision avec, entre autres réalisateurs, Jean-Louis Bertuccelli et Michel Sibra. C’est en 2003 qu’il effectuera son dernier travail d’opérateur sur La Maîtresse du corroyeur, une fiction TV de Claude Grinberg. En 2006, il crée avec d’autres passionnés de cinéma le ciné-club La Luciole, au Bono, où seront projetés des films peu vus et oubliés.

- Voir la filmographie complète de Paul Bonis sur le site IMDb.

- Lire "Paul, chef opérateur, raconte une vie de cinéma" publié par Ouest-France en mai 2010.

(En haut, un portrait de Paul Bonis illustrant l’article de Ouest-France – DR)