Accueil du site > Actualités > Evénements > 1er mars 2015 - "Les dimanches de Varan" auront pour sujet "Images de (...)

1er mars 2015 - "Les dimanches de Varan" auront pour sujet "Images de guerre, guerre des images"

jeudi 5 février 2015

Partager l'article avec  

IMAGES DE GUERRE, GUERRE DES IMAGES
 A propos des tragiques événements de janvier

Marie-José MONDZAIN 
Philosophe, écrivain et directrice de recherches au CNRS, spécialiste du rapport à l’image.
Jean-Louis COMOLLI 
Cinéaste, écrivain, critique et ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma.

Les événements de janvier ont été vécus sous le signe de la surprise provoquée par la violence d’un choc meurtrier. Récusant tout impensable, il nous faut reconnaître la nécessité d’analyser les causes profondes d’une situation qui loin d’être inattendue est la conséquence d’un ensemble de causes qui en font au contraire un événement prévisible. Le traitement médiatique des meurtres successifs exige un vrai travail sur le statut et la forme des images qui, sous prétexte de nous informer, nous expulsent du champ de la pensée, nous installent dans l’impuissance et nous privent de toute réponse transformatrice. Les enjeux de l’image ont une histoire lourde : celle du colonialisme, du racisme, de l’exclusion comme celle de l’effondrement de la vie politique et du service public. Les événements de janvier prennent leur place dans cette histoire.

MJ Mondzain

Les tueurs ont agi en masse et en détail. Ces tueurs venaient de chez nous, ils avaient été formés chez nous, ils étaient allés faire un tour en Syrie et ils revenaient chez eux, c’est-à-dire chez nous. Voilà qui nous fait problème. C’est cette proximité qu’il y a à penser. Elle se lit tout particulièrement, cette proximité, dans les images publicitaires tournées par l’Etat Islamique (Daech). Les mêmes codes spectaculaires, les mêmes montages, les mêmes ralentis, les mêmes musiques, les mêmes postures, les mêmes véhicules, les mêmes armes. Seuls les drapeaux changent. Daech imite Hollywood ? Mais les morts sont de « vrais » morts et non pas des acteurs ! Et c’est aussi la première fois que toutes les sortes de publicités, tous les médias, tous les réseaux sont mobilisés au service de la violence et de la mort. Encore une grande première.

JL Comolli

1er mars (10h30-15h)
entrée libre dans la limite des places disponibles
6, impasse Mont-Louis
75011 Paris

Documents joints