Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2013 > Cinéma 2013 > De l’influence des flous dans la perception de l’espace au cinéma

De l’influence des flous dans la perception de l’espace au cinéma

Auteur : Florian Berthellot - directeur interne : Pascal Martin ; directeur externe : Antoine Gaudin

jeudi 12 juin 2014

Partager l'article avec  

Ce mémoire aborde la question des flous au cinéma, en questionnant la façon dont ceux-ci influent notre perception de l’espace filmique. En effet cette conséquence directe du dispositif de prise de vues cinématographique amène une modification en profondeur de notre manière de ressentir et de percevoir l’espace, donnant a ce dernier des propriétés spécifique a ce médium.

Car alors que la prise de vue se numérise entièrement, et que le choix des cameras disponibles se raréfie, la maîtrise des flous dans une image est un outil esthétique d’une très grande portée. L’utilisation a bon escient d’un régime de flou permet d’amener une touche très particulière et souvent organique a l’image, que ce soit par le biais de notre rapport a l’espace filmique ainsi présenté, ou par son impact sur la matière filmique même. Afin de préciser ces conditions d’utilisation cette étude développe cette réflexion vers des champs annexes au résultat esthétique filmique, en faisant appel a des domaines allant de l’histoire technologique à la psychophysique. Ainsi la première partie de cette étude établira un lien avec notre perception de l’espace réel et précisera les conditions d’apparitions des flous au cinéma.

Ensuite ce mémoire est complété par d’un travail de recherche scientifique autour de la modélisation de l’évolution du flou d’un objectif dans l’espace, et propose ainsi une représentation plus exacte de ce phénomène. Ceci dans le double but de permettre la comparaison entre les aptitudes a produire du flou de différents objectifs, ainsi que de renseigner sur certaines utilisations spécifiques d’un objectif.

Egalement cette étude retrace l’histoire de la profondeur de champ au cinéma, en effectuant le lien entre l’évolution technologique des objectifs et des supports de prise de vue et la métamorphose progressive des formes cinématographiques, en lien avec la thématique actuelle de la très faible profondeur de champ.

Enfin cette étude analyse l’impact de différents régimes de flous sur un résultat filmique, en mettant en balance les conditions techniques d’apparitions de ces esthétiques avec leurs conséquences du point de vue de la perception de l’espace et du rapport du spectateur avec la narration.

Voir en ligne : Télécharger le mémoire