Accueil du site > Témoignages > Ils nous ont quittés > Roger Letellier (Son 64) nous a quittés

Roger Letellier (Son 64) nous a quittés

mardi 23 juillet 2013

Partager l'article avec  

Roger Letellier (Son 64) nous a quittés. Ses obsèques seront organisées le jeudi, 25 juillet 2013 à l’église du Vieux Saint-Maur.

Nous présentons à sa famille nos plus sincères condoléances.

La bénédiction aura lieu le 25 juillet 2013 à 14h30
Eglise Saint-Nicolas
Place d’Armes
94100 Saint-Maur des Fossés

Roger Letellier a eu une passion pour la musique dès son plus jeune âge. Il entre dans la classe de percussion du conservatoire municipal de Saint-Maur des Fossés (94). Par la suite il intègre un groupe de jazz amateur au côtés de Paul Berthault (mixeur long métrage) et de Michel Marion.

Pendant ses études, Roger Letellier travaille pour les bandes son des créations de Pierre Della Torre qui vient de créer à Saint-Maur des Fossés (94) le Théâtre du Val de Marne, le premier théâtre décentralisé de banlieue.

Après un passage vers le cinéma de long métrage, Roger Letellier suit l’évolution des techniques en devenant composeur de musique assistée par ordinateur (MAO) et devenant un précurseur dans le multipiste pour les premières productins du Futuroscope. Parallèlement, il signe l’illustration sonore de séries TV comme L’or bleu.

Avec Henri-Antoine Roux (Son 64) il fonde La boîte à sons, une société chargée de supporter leurs activités. Roger Letellier collabore aussi au club de jazz du Théâtre Les Gémeaux à Sceaux (92). Il en a aussi imaginé l’appellation : Sceaux What.

Ingénieur du son, Roger Letellier avait participé notamment aux films :
Cannabis (1970) de Pierre Koralnik,
Elise ou la vraie vie (1970) de Michel Drach,
Jupiter (1971) de Jean-Pierre Prévost,
Quatre nuits d’un rêveur (1971) de Robert Bresson,
Les malheurs d’Alfred (1972) de Pierre Richard,
Le bar de la fourche (1972) d’Alain Levent,
Projection privée (1973) de François Leterrier,
La femme de Jean (1973) de Yannick Bellon,
La bonzesse (1974) de François Jouffa,
La brigade (1975) de René Gilson,
Demain les mômes (1975) de Jean Pourtalé,
Une sale histoire (1977) de Jean Eustaches,
Juliette et l’air du temps (1977) de René Gilson,
La trace (1983) de Bernard Favre et Bertrand Tavernier,
La petite apocalypse (1993) de Costa-Gravas