Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2011 > Son 2011 > L’environnement sonore, de sa prise de conscience à son appropriation. Un (...)

Mémoire

L’environnement sonore, de sa prise de conscience à son appropriation. Un atelier cartophonique expérimental au sein d’un collège avec des élèves de segpa et un outil de représentation de l’environnement sonore.

Auteur : Moea Latrille - Directeurs de mémoire : Jean Chatauret et Frédéric Mathevet

mardi 28 février 2012

Partager l'article avec  

A l’heure où les machines font partie intégrante de notre vie quotidienne, ronronnant, couinant, gémissant, crachant, tournant à grande vitesse, à l’heure où les télévisions ont envahi nos salons, un seul geste suffisant à en augmenter le volume sonore pour couvrir le mixeur de la cuisine et où nous devrons crier pour arriver à communiquer par dessus ce bruit ambiant dont se plaindra le voisin, que faire pour ne pas atteindre une surdité universelle déjà bien en route ?

Depuis une quarantaine d’années, une préoccupation grandissante pour le devenir de notre environnement sonore et de notre audition a vu le jour et se développe.

A l’intersection de divers champs d’études, cette recherche est encore embryonnaire et très vaste en raison de la richesse et la multitude de sons que nous percevons continuellement ainsi que de la complexité de leurs relations et interactions spatio-temporelles.

Essentiellement basée sur la transmission d’une culture de l’écoute, fondement même de toute activité concernant le sonore, ces études développent des expérimentations collectives pour élaborer un langage sonore commun à tous, concevoir de nouvelles méthodes de représentation des sons ainsi qu’arriver à une maîtrise du bruit produit et subit.

N’est-ce pas à travers la prise de conscience et une meilleure appropriation de notre environnement sonore pour les générations à venir que nous pourrions agir pour réduire les nuisances sonores et trouver de nouvelles solutions pour bâtir le monde demain ?

Au cours de notre recherche interdisciplinaire, nous développerons l’axe pédagogique à travers un atelier de sensibilisation à l’environnement sonore s’adressant à des élèves particulièrement bruyants, l’aspect sociologique du son au cours de l’étude de l’identité sonore d’un lieu par la perception de ses occupants et l’interaction des individus avec leur environnement, puis la question de la représentation de cet univers sonore à travers l’élaboration d’un outil virtuel regroupant ces deux premières études.