Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2011 > Son 2011 > Conception du studio d’enregistrement La Palabre Du Baobab à Mboro (...)

Mémoire

Conception du studio d’enregistrement La Palabre Du Baobab à Mboro (Sénégal)

Auteur : Emmanuel Sabroux - Directeurs de mémoire : Philippe Simonet et Etienne Diop

mercredi 14 mars 2012

Partager l'article avec  

Ce projet de studio d’enregistrement à Mboro (Sénégal), village côtier à 90 km au nord de Dakar, prend place au sein d’un projet plus vaste, la construction d’une Maison Des Arts (MDA), par l’association La Tribu, créée à Pantin en région parisienne. La Tribu développe depuis 1993 des projets solidaires franco-sénégalais, en favorisant l’enrichissement mutuel entre les deux pays.

L’idée de construction d’une MDA s’inscrit donc dans une volonté de partager les savoirs et de mutualiser les compétences. Il s’agit d’un espace culturel alternatif, axé sur la formation, dans une optique d’échange artistique entre la France et le Sénégal. Car si les relations entre les deux pays ont souvent été tumultueuses, l’art se définit ici comme un puissant vecteur de codéveloppement entre deux pôles géographiques nord-sud, l’Ile-de-France et Mboro. Il est d’ailleurs question de mettre en place un lieu similaire en région parisienne, mais la MDA de Mboro constitue la priorité.

Sur un terrain de deux hectares, elle englobera un studio de danse, un café Internet, des bureaux, des bungalows, un restaurant, une boutique ainsi qu’un studio d’enregistrement. Et c’est cette infrastructure qui fait l’objet de ce mémoire. En effet, ce studio se doit d’offrir une structure équipée propice à la création musicale, adaptée à la formation pour la prise de son en studio et pouvant offrir une qualité d’enregistrement digne des studios professionnels. Le budget est toutefois limité et dépendra principalement des financements publics, de mécénat et de partenariats divers. La structure devra également fonctionner en autonomie énergétique puisqu’elle ne sera pas reliée au circuit d’approvisionnement local. Les défis sont donc nombreux, mais le projet est en bonne voie, puisque la réalisation concrète débute dès le mois de juillet prochain.