Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2011 > Photo 2011 > Mise en scène photographique du quotidien. Théâtralisation de l’espace (...)

Mémoire

Mise en scène photographique du quotidien. Théâtralisation de l’espace domestique

Auteur : Dorian Teti - Directeur de mémoire : Claire Bras

jeudi 9 février 2012

Partager l'article avec  

Le premier point de notre réflexion est consacré au concept de théâtralité, d’abord dans la tradition picturale, puis, de montrer en quoi le médium photographique hérite de toute cette tradition de la représentation théâtralisée. En plus d’être l’héritière de la peinture, elle l’est également du théâtre. Nous interrogerons alors le concept de l’instant décisif, qui a entraîné le médium vers le simulacre de son authenticité. Nous analyserons ensuite comment la théâtralité revient au coeur du questionnement photographique au tournant des années 1960 et comment Jeff Wall, notamment, s’inspire de la tradition picturale et développe le concept du presque documentaire.

Pourquoi certains photographes vont-ils mettre en scène le quotidien et théâtraliser leur espace domestique, alors qu’il pourrait se présenter à eux de façon moins construit, ou pour le dire autrement, plus « authentique » ? Nous évaluerons dans le deuxième temps de ce mémoire l’intention d’une telle démarche, consistant à mettre en scène la banalité du quotidien, et comment certains photographes, malgré la croyance dans l’authenticité, et malgré le vérisme inhérents au médium, vont s’efforcer de démontrer sa nature de simulacre et la capacité du réel à être habité par la fiction, que permet de restituer la photographie.

Enfin, si la photographie révèle le simulacre des apparences, en particulier dans les rituels profanes, qui ont pour décor l’espace domestique, certains photographes et artistes, dans une volonté d’utiliser l’ordinaire comme terrain d’expérimentation, au coeur du réel, et perturbant le cours des choses et des actions banales, vont remettre en cause les attitudes normées qui prennent place dans cet espace domestique. Afin de discuter l’authenticité même de nos actions, et de réagir face à la convention imposée par l’espace domestique, le geste absurde sera érigé comme la figure libre d’émancipation à la norme.

Téléchargement de la première partie du mémoire.

Téléchargement de la seconde partie du mémoire.