Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2010 > Son 2010 > La place du son chez la personne non-voyante Intérêt d’une éducation précoce à (...)

Mémoire

La place du son chez la personne non-voyante Intérêt d’une éducation précoce à l’écoute

Auteure : Hélène Barbry - Directeurs de mémoire : Gonzague De Brunhoff et Gérard Pelé

samedi 24 septembre 2011

Partager l'article avec  

Téléchargement du mémoire : Partie B

Téléchargement du mémoire : Partie C

On s’accorde à dire qu’environ 80% de la perception du monde se fait par la vision. Pour compenser le manque d’informations résultant d’une déficience visuelle, une personne non-voyante va mettre à profit les sens qui lui restent pour accéder à une représentation mentale de l’espace environnant, et s’y déplacer de façon autonome. Cette compensation sensorielle résulte principalement d’une rééducation de la perception auditive et tactile.

Le non-voyant va apprendre non pas à toucher et entendre, mais à palper et écouter. Nous verrons dans ce travail le rôle essentiel de l’audition dans l’élaboration de cette représentation, et étudierons comment éduquer au mieux l’oreille de l’enfant déficient visuel. Enfin, nous nous questionnerons sur l’accessibilité à l’émotion artistique en cas de cécité.

En lien avec cela, nous présenterons un livre audio-tactile qui se propose en outil idéal pour éduquer l’écoute et le tact de l’enfant déficient visuel, tout en offrant à l’enfant l’imaginaire suscité habituellement par les illustrations visuelles dont il est privé.