Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2010 > Cinéma 2010 > L’image intacte. La place du RAW dans les workflows Cinéma

Mémoire

L’image intacte. La place du RAW dans les workflows Cinéma

Auteur : Ronan Tronchot - Directeurs de mémoire : Romain Donnot et Roger Trivellin

lundi 26 septembre 2011

Partager l'article avec  

La décennie 2000 a été marquée par le développement des formats d’enregistrements numériques. Le cinéma jusqu’alors peu touché par ce phénomène se voit désormais envahit et influencé par les nombreuses possibilités qu’offrent les nouveaux formats vidéo. Parmi les nouvelles voies de production numérique, il en est une qui demeure floue sur plusieurs points. Le RAW.

L’application de la prise de vue et du traitement en RAW au cinéma n’est pas sans conséquences sur les méthodes de travail et les chaînes de production. Le RAW présente de nombreux intérêts économiques, pratiques et qualitatifs mais demeure une technique encore expérimentale au cinéma, bien qu’elle soit devenue un standard dans la photographie professionnelle.

Ce mémoire a pour but de dresser un portrait du RAW appliqué au cinéma. Pour cela, j’expliquerai en quoi consiste le travail en RAW et comment les chaînes de production ou workflows qu’il implique s’introduisent dans le paysage de la production, qu’elle soit numérique ou argentique. Nous tenterons de voir si cette façon de faire est cohérente d’un point de vue, pratique, artistique et économique afin de voir s’il pourrait présenter une alternative au 35mm à l’heure de l’immatériel.

Ce mémoire se décompose en quatre parties. La première partie permet d’expliquer en quoi consiste d’un point de vue technique la prise de vue en numérique et la prise de vue en RAW.

La seconde partie analyse comment se forme une image au cinéma, en numérique et en argentique et permet de voir quels sont les points communs entre ces deux techniques et quels rapports elles entretiennent avec le réel.

La troisième partie, dresse un état des lieux des chaînes de productions cinématographiques et tente d’analyser comment la prise de vue et la post-production RAW s’introduit dans le paysage audiovisuel et à quel prix.

Enfin, la dernière partie consiste à analyser un workflow en RAW, celui de la RED.