Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2010 > Photo 2010 > Représenter l’absence : les photographies des “desaparecidos” de la dictature (...)

Mémoire

Représenter l’absence : les photographies des “desaparecidos” de la dictature argentine (1976-1983)

Auteure : Lucille Caballero - Directeur de mémoire : Florent Fajole

dimanche 2 octobre 2011

Partager l'article avec  

En Argentine, le terrorisme d’Etat a donné lieu durant la dernière dictature (1976-1983) à un usage systématique de la disparition forcée. Avec un nombre estimé à 30.000 disparus, la société argentine a enduré un traumatisme dont les conséquences sont encore manifestes.

L’absence d’image caractéristique de l’incapacité de documenter les disparitions, souvent impossibles à anticiper, a été palliée par l’exhibition et le déploiement efficace des photographies des “desaparecidos”. Ces photographies, issues du contexte privé et ramenées à la sphère publique lors des manifestations contestataires, jouent un rôle authentificateur en rendant évidente l’existence passée de leurs référents.

Mais en plus, elles deviennent le support d’une lutte pour la justice, la mémoire et la vérité, en affichant l’identité et la présence massive de celui dont l’Etat a voulu faire disparaître le corps et le souvenir. Par la nature du médium photographique et le déploiement qu’il permet, la photographie du ”desaparecido” inverse le processus de disparition. Une fois cette première étape passée, ces photographies ont été réemployées dans le champ artistique. Ces travaux réutilisent la photographie du ”desaparecido” en la transformant et en modifiant son contexte de monstration au public.

Mise en abyme, projetée, dédoublée, dupliquée, fragmentée, cette image perd son caractère éminemment documentaire et devient l’objet de productions fictionnelles. Ces oeuvres, qui semblent proposer une issue à la dichotomie du débat sur la représentabilité de l’horreur, répondent à la nécessité première d’expression des artistes qui ont souvent perdu un proche.

Mais leurs effets dépassent la singularité des histoires personnelles pour venir toucher les spectateurs, en réactualisant le dialogue et en générant une meilleure compréhension du passé par un travail actif de la mémoire.