Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2009 > Photo 2009 > Obésité infantile, questions et représentations photographiques de l’image du (...)

Mémoire

Obésité infantile, questions et représentations photographiques de l’image du corps

Mémoire de Sophie Carrère (Photo 2009) - Directrice de mémoire : Claire Bras

dimanche 14 août 2011

Partager l'article avec  

Cette recherche se fonde sur l’idée qu’une représentation de soi par la photographie aide à l’appréhension de l’image du corps chez les sujets adolescents et obèses. Le mémoire tente la mise en place de trois axes de recherche et se conclue par l’analyse de la partie pratique réalisée à l’Hôpital Saint Vincent de Paul.

La mise en oeuvre des réflexions suscitées lors de ces recherches nous a conduit à introduire le travail personnel dans le corps de la recherche puisqu’il est intrinsèquement lié aux investigations qui ont guidé la démarche photographique auprès des jeunes, et inversement, l’élaboration de la partie pratique a orienté la recherche.

Nous avons tenté au départ de prendre l’hypothèse de l’élaboration d’un travail commun avec les patients, enfants et adolescents obèses. La première partie détermine les questions du lien établi entre photographie, maladie et soin, établissant la distance créée par la nature de la relation, les bénéfices qu’elles suscite pour le photographe ou le modèle.

Plusieurs travaux et références viennent soutenir cette étude : la photographie, moyen innovant pour l’observation sur les malades hystériques avec le travail de Charcot et l’étude des symptômes cliniques avec Nebreda ou Nan Goldin. Parfois, la nature du travail organise le procédé mis en place par la photographie avec Marc Pataut se différenciant des questions posées par l’art thérapie où photographe et soin se fondent en oubliant l’enjeu artistique, Jo Spence réintroduit tout ces termes indissociables dans la discipline qu’elle invente : la photothérapie.

Après avoir questionné la relation entre photographe et patient, l’image du corps des patients, sa conception et son appréhension seront examinées dans le traitement de cette question avec les oeuvres d’Achinto Bhadra, Erwin Olaf ou encore, celui amateur du blog de « Big beauty . Pour finir, nous étudierons l’obésité selon diverses modalités photographiques : l’aspect formel avec Irving Penn, Andrea Modica, Patricia Schwartz mais également le documentaire social avec Lauren Greenfield et Donald Weber, et le travail autophotographique avec Jen Davis. L’a-normalité passe d’un lieu médical à un lieu de création modifiant les stéréotypes.