Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2009 > Photo 2009 > La représentation des mutations de l’espace urbain dans la photographie (...)

Mémoire

La représentation des mutations de l’espace urbain dans la photographie européenne contemporaine

Mémoire de Judith Bormand (Photo 2009) - Directeur de mémoire : Luc Boegly - directeur relais : Jean-Paul Gandolfo

dimanche 7 août 2011

Partager l'article avec  

Représenter les mutations, les transformations, les changements de l’espace urbain est une problématique contemporaine de l’apparition de la photographie, dans la mesure où c’est à partir du XIXe siècle qu’une pensée définie sur la ville et ses restructurations émerge. De Charles Marville à Bernd et Hilla Becher en passant par Atget et Walker Evans diverses personnalités et toute l’histoire du médium mettent en place un style documentaire afin de traiter du sujet.

Cette problématique revient à l’honneur dans les années 1980 en Europe. En effet, suite à la commande notamment de la Mission de la Direction de l’Aménagement du Territoire et de l’Aménagement Régional (DATAR), la photographie se voit attribuer une place importante dans la mise en place d’une documentation visuelle autour de l’espace, et notamment de l’espace urbain, et ainsi un rôle conséquent dans la pensée de cet espace et de ses aménagements. C’est sur cette période que porte principalement notre propos. Comment représenter les mutations de l’espace urbain, qu’elles soient imperceptibles ou radicales ? Plusieurs propositions vont coexister. Cette mission ouvre le champ à différents vocabulaires, et différentes approches pour appréhender les transformations du territoire en général, urbain en particulier.

Ainsi après avoir défini le sens des termes espace urbain et mutation, et effectué un rappel historique de leurs liens avec la photographie, nous étudions les problématiques du temps et de l’espace dans une esthétique documentaire établie, qui par le biais de la confrontation des époques ou celui d’un suivi dans le temps, et au travers d’une certaine distance, nous renseigne, d’une manière moins neutre qu’il y paraît, sur ces mutations. Enfin nous verrons comment certains photographes se détachent de la notion même de documentaire pour évoquer le tissu urbain et ses transformations d’une manière autre, plus théâtrale, onirique, ou encore utopique. En partie pratique, les questions liées à ces transformations seront déclinées suivant une double approche.

Les changements sont-ils visibles dans un temps court ? Comment montrer la mutation en une image « symbolique », ou encore symptomatique ? C’est en s’attachant à un quartier du XVIIIe arrondissement de Paris actuellement en cours de réaménagement et en travaillant sur un îlot dénommé « Nord - Emile Chaine ».