Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2009 > Cinéma 2009 > La Couleur Cinéma : Mouvements Réels, Mouvements Virtuels

Mémoire

La Couleur Cinéma : Mouvements Réels, Mouvements Virtuels

Mémoire d’Antoine Mocquet (Ciné 2009) - Directeur de mémoire : Tony Gauthier

samedi 20 août 2011

Partager l'article avec  

Ce Mémoire se propose d’étudier l’apport dynamique de la couleur à l’image cinématographique. Le cinéma couleur est ici considéré comme lieu de rencontre des théories de couleur qui ont marqué les sciences et les arts du XIXe et XXe siècle.

Celle d’Isaac Newton qui considère la couleur comme composante de la lumière blanche et celle de Johann Wolfgang Goethe selon laquelle chaque couleur est associée à une sensation de mouvement. Les deux influencèrent considérablement les méthodes de production d’image, de la peinture impressionniste au procédé optique Technicolor.

Il est de fait que le cinéma couleur repose sur la découverte Newtonienne mais mettant en scène des formes colorées en mouvement, il en appelle également aux théories de Goethe. En effet si un contraste de couleurs peut créer la suggestion d’un mouvement dans l’œil du spectateur d’une image fixe, que devient ce pouvoir dans une image en mouvement ? Une étude est alors menée à travers plusieurs films choisis pour leur travail particulier sur la couleur, visionnés comparativement en noir et blanc et dans leurs couleurs d’origine.

Enfin, une dernière partie tente une identification de la « couleur cinématographique pure » qui ne puisse apparaître que par le processus de fabrication d’une image cinéma. Dans cette optique, la partie pratique de ce mémoire est dédiée à la fabrication d’un système de prises de vues faisant apparaître la couleur dans les traînées du mouvement de formes noires et blanches.

La couleur en devient ainsi fonction de lumière comme de mouvement. Par ce pont que créé le cinéma entre art et science, les théories Newtoniennes et Goethéennes arrivent alors à cohabiter.