Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2007 > Photo 2007 > Reproduction des photographies monochromes via une acquisition numérique et (...)

Mémoire

Reproduction des photographies monochromes via une acquisition numérique et une impression à jet d’encre pigmentaire

Mémoire de Lucie Moraillon - Directeurs de mémoire : Jean Paul Gandolfo et Alain Sarlat

lundi 1er août 2011

Partager l'article avec  

Dans les milieux patrimoniaux et institutionnels, la reproduction de photographies est une pratique courante, qui s’inscrit dans une volonté de préservation de l’original. Les techniques de reproduction évoluent selon un rythme qui suit celui des procédés photographiques dominants d’une époque, statut accordé au numérique depuis quelques années, aussi bien dans l’acquisition des images que dans leur restitution.

Ce travail propose la recherche d’une méthode numérique de reproduction dédiée aux tirages monochromes, représentatifs d’un très grand volume dans les collections. L’enjeu de cette étude est la restitution optimale des qualités de l’original, autrement dit l’obtention d’un fac-similé en privilégiant les rendus de valeurs, de détails et de tonalité. Pour cela, après l’étude des besoins patrimoniaux et des solutions numériques appropriées à l’objectif fixé, une méthode fondée sur les principes de fonctionnement de la chaîne numérique est élaborée.

Deux approches de numérisation sont abordées dans un but comparatif : les deux systèmes, un scanneur et un appareil de prise de vue numérique, diffèrent par leur principe, leurs contraintes et leur coût. La méthode envisage par ailleurs un traitement particulier de la teinte de l’original, la gestion de la tonalité ne se faisant pas à l’acquisition mais à l’impression à partir d’un fichier monochrome adapté aux caractéristiques des systèmes d’acquisition et d’impression jet d’encre pigmentaire. Quatre procédés photographiques ont permis d’éprouver cette méthode : un tirage albuminé, au palladium, au charbon et un tirage argentique sur papier baryté.

Les résultats sont satisfaisants dans une première mesure, toutefois des améliorations seraient à apporter sur deux points : l’étude de l’état de surface qui perturbe la restitution de la dynamique, et l’obtention du blanc papier caractéristique de l’original. Enfin, il n’apparaît pas de différence entre les deux acquisitions compte tenu de la taille moyenne des originaux.

P.-S.

Téléchargement du mémoire (Partie B) : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...