Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2007 > Photo 2007 > La photographie en relief au moyen de réseaux lenticulaires

Mémoire

La photographie en relief au moyen de réseaux lenticulaires

Mémoire de Brigitte Huet (Photo 2007) - Directeur de mémoire Pascal Martin

mardi 19 juillet 2011

Partager l'article avec  

La perception du relief vient du fait que chaque oeil distingue une image légèrement décalée du sujet que l’on observe. Cette constatation a permis la création artificielle d’images en trois dimensions à partir de deux images planes. De nombreux procédés se sont succédés au cours du temps, les nouveaux cherchant à palier les défauts des précédents. C’est ainsi qu’au début du XXè siècle est créée la photographie en relief par réseaux lenticulaires : l’observateur s’affranchit de tout outil intermédiaire pour visualiser l’image.

Celle-ci est une image plurielle, composée de plusieurs points de vue différents, et sur laquelle est collée un réseau lenticulaire. Cette plaque spéciale permet d’envoyer aux yeux de l’observateur deux images différentes, ce couple d’images variant selon la position de visualisation. La technique, à laquelle se sont consacrés les travaux de Maurice BONNET, a pu évoluer avec les progrès des domaines techniques et connaît de nos jours un regain d’intérêt. Le passage au numérique, les progrès de l’informatique et la simplification des procédés de fabrication des réseaux lenticulaires, permettent de penser que ce « nouveau » moyen de création d’images va se répandre. C’est déjà le cas chez certains professionnels de l’image.

La présente étude propose de rendre accessible à tous le procédé et de l’adapter pour des moyens moindres que ceux des industriels : avec comme outils de base un appareil photographique numérique, un ordinateur, une imprimante et quelques réseaux lenticulaires, le protocole va définir les différentes étapes de création d’une image lenticulaire et tester les différents paramètres rencontrés au cours de cette fabrication. Pas du réseau, angle et distance d’enregistrement, plans de fusion, nombre de points de vue, déplacement de l’appareil photographique, ouverture du diaphragme, résolution,..., sont autant de points qui sont étudiés tout au long du processus.

Tous ces paramètres sont liés entre eux et agissent sur l’effet de relief, la qualité de l’image et son observation. Les tests aboutissent à la description d’une méthode de travail, adaptée à un usage domestique, pour la prise de vue, réalisée avec un unique appareil photo que l’on déplace simplement, la création de l’image plurielle, à l’aide d’un ordinateur basique équipé d’un logiciel de retouche et d’un logiciel de programmation, et sa restitution, au moyen d’une imprimante courante ou par tirage dans un laboratoire « grand public », les paramètres jouant un rôle dans chacune de ces étapes.

P.-S.

Téléchargement du mémoire (Partie B) : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...