Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2007 > Photo 2007 > La peau dans la photographie publicitaire

Mémoire

La peau dans la photographie publicitaire

Mémoire d’Anne Claire Gallais Sérézal (Photo 2007) - Directrice de mémoire : Véronique Durr

dimanche 3 juillet 2011

Partager l'article avec  

La présente étude s’intéresse à la représentation de la peau dans la photographie publicitaire, et à l’importance que le travail de la peau revêt dans ce domaine. Pour répondre à cette question, nous avons rencontré des professionnels qui participent la fabrication du visuel publicitaire : clients, directeurs artistiques, photographes et retoucheurs.

D’autre part, nous avons réalisé des tests de prise de vue et de retouche en nous plaçant dans une situation de production réelle, et en faisant varier des paramètres de prise de vue et de retouche, puis nous avons analysé les résultats obtenus. La structure et la composition organique de la peau lui confèrent ses caractéristiques de couleur, de texture et de transparence, que les artistes ont toujours tenté de représenter. L’art pictural explorera la dichotomie idéal/réel, initiée dès l’Antiquité, et proposera des formes de représentation de l’humain très variées.

La technique photographique, et la nouvelle esthétique qu’elle propose, influencera les artistes, autant que la tradition picturale, dans leur interrogation sur la représentation monotone actuelle de l’humain dans les médias. La publicité est le principal vecteur de l’uniformisation plastique du corps et de la peau, mis en cause par les artistes. Les techniques de communication visuelle en publicité exigent une indifférenciation physique des modèles qui s’exprime, entre autres, par un peau « lissée ».

Après une étude des pratiques de prise de vue et de retouche en publicité, nous avons appris que la peau devait être très retouchée, exagérément éclaircie et légèrement hâlée. Mais le rendu de la peau en publicité reste très variable en couleur, beaucoup plus que la peau naturelle. Le grain de la peau est très fin, parfois presqu’imperceptible, mais rarement réellement lisse. Il n’existe pas de réelles normes en retouche, mais seulement des tendances.

Le rendu de la peau dépendra de multiples facteurs imbriqués et difficilement paramétrables tels que sont : le positionnnement de la marque, le type de produit ou encore le pays d’exploitation de la publicité.

P.-S.

Téléchargement du mémoire (Partie B) : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...