Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2007 > Cinéma 2007 > La prévisualisation de l’image : vers une communication universelle

Mémoire

La prévisualisation de l’image : vers une communication universelle

Mémoire d’Adrien Onesto (Ciné 2007) - Directeur de mémoire : Jean Louis Fournier

lundi 15 août 2011

Partager l'article avec  

La révolution numérique est en marche. Après avoir investi presque totalement le domaine de la postproduction et des effets spéciaux, cette nouvelle technologie se généralise petit à petit du tournage à la projection. Cependant, cette évolution technique a profondément changé des méthodes de travail depuis longtemps éprouvées par les professionnels de l’industrie cinématographique.

En mutation permanente, la chaîne de fabrication des films comporte aujourd’hui des opérations de plus en plus complexes, notamment dans le cas d’une utilisation conjointe des technologies argentique et numérique. Les Chefs Opérateurs n’ont pas non plus été épargnés et le suivi de leur travail tout au long du processus de création des films leur est devenu de plus en plus difficile. Mais si le numérique a bousculé avec son arrivée le monde du Cinéma, il lui a aussi apporté de formidables outils, à l’instar de l’étalonnage qui offre désormais des possibilités de création inimaginables jusqu’alors.

Par ailleurs, l’avènement du Digital Intermediate (procédé selon lequel les rushes issus d’un tournage en pellicule ou en vidéo sont numérisés à des fins d’étalonnage avant un report sur film ou une exploitation numérique en salle) a montré que la maîtrise de la cohérence du rendu de l’image dans le cas d’une postproduction numérique est devenue indispensable aujourd’hui. Ainsi, ce travail présentera, après un rappel des éléments qui composent la chaîne de fabrication des films, les diverses solutions qui s’offrent aux Chefs Opérateurs afin qu’ils puissent tirer parti des avancées du numérique sans en subir les contraintes.

Il détaillera alors les différents systèmes dits « de prévisualisation de l’image » en essayant d’en dégager les points forts et les points faibles, puis tentera de montrer en quoi ils peuvent devenir les outils d’une communication visuelle universelle, si importante aujourd’hui pour les Chefs Opérateurs et ses collaborateurs.