Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2007 > Cinéma 2007 > Le chasseur et la proie / Le survival

Mémoire

Le chasseur et la proie / Le survival

Mémoire d’Emilie Dubois (Ciné 2007) - Directeurs de mémoire : Alain Aubert et Pierre Grunstein

vendredi 5 août 2011

Partager l'article avec  

La chasse à l’homme, qu’elle soit un mythe, une légende urbaine, ou la réelle poursuite d’un criminel, n’a pas fini d’alimenter l’imaginaire des cinéastes. Par nature sulfureuse, elle est une figure privilégiée du cinéma d’horreur.

Mais au-delà du genre, et de quelques œuvres cultes comme « Les Chasses du Comte Zaroff », la chasse à l’homme est bien en réalité un thème ultra-cinématographique. Depuis les origines du cinéma, avec le film de course-poursuite, jusqu’au survival moderne des années 2000, la représentation cinématographique de la chasse à l’homme a traversé tous les genres et croisé le cinéma d’auteur à maintes reprises.

Nous pouvons ainsi dégager de nombreuses figures filmiques communes, des utilisations semblables de l’outil cinématographique dans des œuvres pourtant bien distinctes. Parce qu’il est l’art du mouvement, le cinéma est particulièrement apte à représenter la phase de la poursuite, partie intégrante d’une chasse complète. La violence inhérente du sujet se traduit logiquement dans sa représentation filmique, générant des débats souvent houleux quant aux conséquences de cette violence, qu’elle soit graphique ou suggérée, sur le spectateur. Ce débat devient particulièrement sensible quand il concerne le cinéma d’horreur, par sa nature extrême.

Le renouveau récent du survival, sous-genre brutal et sans concession, entièrement consacré à la chasse à l’homme dont elle est la figure définitionnelle, n’est pas sans poser des questions éthiques.