Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2006 > Photo 2006 > Esthétique de la mort dans la photographie de mode

Mémoire

Esthétique de la mort dans la photographie de mode

Mémoire de Manuel Abella (Photo 2006) - Directrice de mémoire : Claire Bras

samedi 25 juin 2011

Partager l'article avec  

La représentation de la mort provoque des sentiments violents chez le spectateur. Attraction et répulsion du regard où le dégoût se marie volontiers avec la fascination de ce qu’on pourrait oser appeler une certaine poésie de l’horreur. Il est un domaine où ce noyau dialectique atteint sans doute son paroxysme : la photographie de mode.

L’étude d’une esthétique de la mort dans la photographie de mode passe en premier lieu par la prise de conscience de sa représentation immanente. Les héritages culturels et artistiques, la mode et la photographie sont autant de vecteurs de l’idée de mort à l’oeuvre dans le corps de l’image. Représenter la mort est un défi pour l’imaginaire. Aussi, l’étude phénoménologique met en évidence la richesse des images de la mort crées par l’imagination humaine au contact des représentations photographiques des quatre éléments.

Enfin, la transgression du tabou social de la mort, au travers de codes et de moyens esthétiques, permet de nous interroger sur ses limites. En nous offrant une fiction ludique, poétique et érotique de la mort, Izima Kaoru et Richard Avedon nous permettent sans doute de mieux l’apprivoiser. Cependant, les photographies de Benetton et des corps anorexiques des mannequins nous rappellent la dérive pernicieuse d’une certaine tendance de la mode.

En effet, exploiter le corps social comme un simple objet de consommation, livré à la pulsion scopique, est-il moralement acceptable au sein du corpus publicitaire de la mode ?

P.-S.

Téléchargement du mémoire (Partie B) : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...

Téléchargement du mémoire (Partie C) : http://www.ens-louis-lumiere.fr/fil...