Accueil du site > Témoignages > Paroles d’Anciens > Le scandale des stages

"Six mois au minimum", est-ce bien raisonnable ?

Le scandale des stages

mardi 8 mars 2005

Partager l'article avec  

J’attire l’attention de tous sur une pratique de plus en plus répandue,
celle du stage abusif.

Au plan juridique (Référence : Assemblée Nationale) le stage est destiné à apporter une expérience pratique à un étudiant et ne constitue pas un contrat de travail classique. Le stagiaire n’est en principe pas soumis à un lien de subordination comparable à celui du salarié vis à vis de l’employeur. [1] Il peut néanmoins arriver qu’un stage se déroule dans des conditions amenant le juge à le requalifier en contrat de travail. La Cour de cassation a retenu que l’utilisation abusive des services d’un stagiaire caractérisait le délit de rétribution sans rapport avec le travail accompli, par abus de vulnérabilité et de dépendance. Il a aussi été jugé que le fait que le stagiaire ne reçoive pas de formation et soit affecté exclusivement à des tâches normales d’un emploi dans l’entreprise constituait un motif de requalification.

Chacun sait ou devrait savoir que dans la pratique il en va bien autrement, le miroir aux alouettes de l’hypothétique "futur emploi" joue à plein dans son rôle psychologique -rappelons que la psychologie est un outil qui vous invite à remercier celui qui abuse de vous-.

Les statuts de stagiaire et d’étudiant en alternance sont des artifices utiles pour limiter et masquer la réalité du chômage des jeunes en France, fut-ce au détriment des autres catégories de demandeurs d’emploi. Mais aujourd’hui, non seulement cela ne suffit plus à contenir les chiffres en deçà de 10%, mais le détournement de leur fonction première d’insertion professionnelle par une logique de profit à court terme finit par dégrader et amplifier la situation initiale et par priver de tout retour à l’emploi la grande majorité de ceux qui ont passé l’âge d’être stagiaire. Il devient urgent de mettre un terme à l’abus des stages et des emplois précaires, n’en déplaise aux actionnaires des grandes entreprises.

En effet, on sait que les PME ou même les administrations usent et abusent des stages, CES, et autres contrats de qualification (aujourd’hui professionnalisation) à leur disposition. Mais il s’avère que les grandes entreprises s’adonnent également à ce genre d’abus. Il suffit pour s’en convaincre de consulter cette offre de stage proposée par L’ORÉAL et visible sur le site www.mycareer.loreal.com (référence : STAGEDOCRD2005).

Ci-dessous la copie de la page actuellement visible sur le site au cas où elle n’y figurerait plus lors de votre consultation. Que l’on sache, L’ORÉAL ne figure pas au club des entreprises en difficulté loin s’en faut.

JPEG - 39.7 ko

S’attaquer à l’ORÉAL est une mission délicate pour la presse, cette entreprise figurant dans la liste des principaux annonceurs qui font vivre la plupart des journaux.

Mais le monde associatif allié à l’Internet peut et doit trouver la liberté de parole nécessaire pour dénoncer ce scandale. Il faudra bien que quelqu’un réagisse individuellement ou collectivement à un problème qui touche toutes les catégories de travailleurs potentiels et dont la presse ne donne quasiment pas d’écho :

- les étudiants qui doivent valider leur diplôme par un stage
- les stagiaires de la formation continue
- les jeunes diplômés
- les demandeurs d’emploi de courte, moyenne et longue durée

J’invite donc la conscience de chacun à alimenter le forum ci-dessous et à multiplier les témoignages sur le sujet. Il va de soi que ce ne sont pas les stages proprement dits qu’il faut incriminer, mais le manque de limites décentes du procédé, dont les abus actuels ressemblent à une vraie épidémie.


Sous le même titre "Le scandale des stages", Catherine Lubochinsky dans le journal Les Echos -qui n’est pas une publication à caractère social-, en date du 20 juillet 2004, dénonçait déjà le problème.

Extraits :

"(...) Le succès de cette formule va au-delà de tout espoir. Et pour cause, avec un tel coût de la main d’oeuvre, les entreprises n’ont pas tardé à comprendre l’avantage d’un tel système : c’est une réserve de main d’oeuvre qui représente entre 1,5 et 2 millions d’étudiants (...)"

"(...) Certaines petites sociétés ne fonctionnent qu’avec des stagiaires (hormis la direction !) et toutes les grandes entreprises, institutions financières et administrations utilisent en permanence, sur un même et véritable emploi, des stagiaires (...)"

P.-S.

Si pour l’ORÉAL en tant que consommateur "nous le valons bien", il semble qu’en tant que candidat à un emploi "nous ne valons rien".

Voir également :

En date du 12 décembre 2006 : six mois de prison pour un dirigeant d’entreprise, 25.000 euros d’amende et 5.000 euros de dommages et intérêts par stagiaire. Telle est la condamnation subie par une société qui avait confondu stagiaires et main-d’oeuvre gratuite. www.lesechos.fr/info/metiers/4510353.htm

http://tf1.lci.fr
www.liberation.fr
www.lemonde.fr
www.lexpress.fr
www.parisetudiant.com

Notes

[1] (Sources : Question Assemblée nationale n° 43680, du 13.7.2004, de Mme  Duriez Réponse publiée au JO Débats questions AN du 21.12.2004, p. 10299 accessible en ligne sur le site de l’Assemblée nationale : www.assemblee-nationale.fr rubrique "Questions écrites, orales et réponses ministérielles")

14 Messages de forum

  • > Aider les jeunes à renforcer leur discours 13 mars 2005 12:18, par Gwenaëla Caprani
    Nous pouvons proposer aux jeunes confrontés à des propositions non conformes de s’appuyer sur les discours des professionnels des ressources humaines. Ils peuvent par exemple consulter le dossier paru sur le site management du Journal du Net.

    Voir en ligne : Ne négligez plus vos stagiaires

    • Grève générale des stagiaires 7 septembre 2005 23:30, par nico

      permettrait de commencer une carrière en adéquation avec sa formation. A 32 ans, que des stages. Grand manège qui tourne en circuit clos, comme la prostitution en Thaïlande, on marche quand même dans la combine puisque c’est la seule disponible et qu’en effet une fois sur vingt (à vérifier selon les statistiques sur les stagiaires, si l’on a jugé utile de les mener) on fini par épouser un client, transposer : se faire embaucher. En attendant c’est dix neufs postes qui tournent sur le dos des stagiaires corvéables et renouvelables à merci... Que se passerait il, si par miracle, du jour au lendemain ( ça s’appelle la grève), les stagiaires n’occupaient plus leur postes ? Les entreprises et autres associations seraient bien obligées de faire le point ! Combien de véritables postes sont gracieusement occupés par ces employés inespérés ? Combien d’abus entraînant un cercle vicieux où les emplois consacrés à cette manne gratuite et permutable à souhait ne sont plus mis en jeux sur le marché du travail ? A vingt ans on ne se rends pas bien compte de l’emballement abusif de ce mode d’exploitation, à 32, beaucoup plus ! Il n’y a qu’a regarder les sites dédiés à l’embauche. Impossible de trouver une entrée rémunérée correctement dans le monde du travail. Réclamons un bilan, un véritable état des lieux. Et pour se faire, en attendant, ne travaillons plus gratuitement et refusons les stages. C’est fou, c’est la grève, on est pas en situation de force pour la faire ... mais les ouvriers du début du siècle étaient loin d’une situation plus favorables. Ils travaillaient 15H par jours et avaient à charge leur famille, leur loyer. Il n’y avait pas de syndicats, de CAF, de RMI, de lois pour l’emploi. Ça ne les a pas empêcher de penser et d’agir.

      Grève générale des stagiaires au mois de novembre 2005 pour cause d’inventaire.
      grevedesstagiaires@yahoo.fr
      Blog :
      http://grevedesstagiaires.blog.ca/main/

      • > Grève générale des stagiaires 16 septembre 2005 16:39
        c une très bonne initiative de faire la des stagiaires !
        trop d’abus, d’exploitation, de facilité !
        c écoeurant, révoltant et parfois aussi décourageant !
        les entreprises profitent à fons des gentils stagiaires prêts à tt pour avoir de l’expérience et se faire des contacts !
        payés quedal ou pas gd choses !
        c lamantable !
        • réforme urgente 6 octobre 2005 20:20

          stagiaire stagiaires stage stages mobilisé mobilisés mobilisée mobilisées
          général générale scandales omerta non-dit sous silence média médias
          scandale honte misère social sociale grande grandes entreprise entreprises socialiste socialistes incroyable manque à gagner bénéfice bénéfices détriment détriments étudiants étudiantes
          immobiliste immobilistes immobilisme complice complices
          convention obligatoire aide non obligatoires rémunéré gratification gratifications rémunérée rémunérés rémunérées
          payé payés payée payées payez !
          cesse cesser réforme hallucination corruption actionnaire actionnaires impitoyable génération perdu perdue incroyable perdus perdues
          impressionnant grêve mouvement social sociale dévaloriser dévalorisant insertion RMI RMIste chômage long longue durée maquillé chomeurs chomeur chômeur chômeurs chomeuse chômeuse chomeuses chômeuses
          abusif abusifs imbécile malfaisant malfaisante malfaisants malfaisantes
          loi lois législation arrêté arretez arreter arrêter arréter
          exagérer exagéré mauvaise mauvais mauvaises gestion gestions
          esclavage soumission indécence indécent décent décente décents décentes situation situations métier métiers PME PMI
          occidental capitalisme occidentales occidentaux france Françe national
          européen européens français escrocs escrocs voyou système faille failles
          annonce annonces bidon justice prix consommateur pouvoir pouvoirs consommation abuser abusé abusez plan social peuple droit droits peuples
          assistant assistante assistants assistantes assister avant même grrr


          ajoutez vos mots concernant le chômage ou le scandale des stages
          il faut parvenir à être premiers dans google quand on tape stage stages stagiaire etc...
          que les gens aillent se mobiliser sur le site
          http://grevedesstagiaires.blog.ca/main/

          • > réforme urgente 7 octobre 2005 00:06, par AEVLL

            Oui, pourquoi ne pas ajouter des mots-clés artificiels dans les pages pour être mieux référencé dans Google et dans les autres moteurs de recherche, sauf que... un mot trop présent dans une page devient un terme générique ignoré en tant que tel.

            Le mieux est donc de s’exprimer avec la meilleure efficacité, les pages Internet consacrées à la précarité de l’emploi sont globalement rares.

  • > Le scandale des stages 21 avril 2005 00:08, par Erouan
    Pour abonder dans votre sens je vous conseille d’aller jeter un oeil sur le site : www.bellefaye.com à la rubrique malheureusement appellée "offre d’emploi"ou encore www.irma.asso.fr/emploi/...Il serait bon aussi de demander aux sites internet qui font parti de notre paysage professionnel de prendre des dispositions pour se solidariser avec ce problème et d’exiger une certaine déontologie en refusant de présenter ces annonces...

    Voir en ligne : offre d’emploi

    • >en effet... 29 avril 2005 00:01
      je consulte régulièrement ces sites dans l’espoir de re-trouver un emploi...
    • > Le scandale des stages 29 avril 2005 14:27, par pink panter
      tt à fait d’ accord, ina, bellefaye, culture emploi, cencés proposer des offres d’eploi justement et pas des stages !
      en plus, ils demandrent plein de connaissance et tt et tt, payés une misère ou quedal. c’est tt ce qu’ils proposent....
      c’est lamantable, ils savent bien qu’il plein de monde qui cherche à boser ds ce secteut (audiovisuel) alors, les petits stagiaires, mlême quand ils ne sont plus étudiants, ça bosse pour pas grd chose, c’est bien utile, pourquoi s’ en prvivé, hein ?
  • > Le scandale des stages 29 avril 2005 01:08, par S.D.
    Je viens de lire votre article sur l’emploi abusif de stagiaires...Je suis
    désolée de voir le nombre de stagiaires employés dans mon secteur spectacle
    vivant et encore pire dans l’audiovisuel pour des postes requérant de
    réelles compétences... Pendant ce temps là moi je galère pour retrouver un
    emploi, sachant qu’en plus je cherche à me spécialiser dans l’image après un
    DESS de Management culturel paris 8... Je pense même au contrat de
    professionnalisation... J’ai 30 ans.
    Cordialement, en espérant qu’une réelle prise de conscience se fasse...
  • Je m’interesse depuis quelques temps au problème 28 mai 2005 14:58, par natasha

    J’ai visité les forums (survolés parce que le temps me manque) et les différents articles glanés sur le sujet (certains datent déjà de 2002 !). Vous qui êtes sur la problèmatique depuis plus longtemps, savez-vous si des émissions tels que LE DROIT DE SAVOIR ou des DEBATS télévisés ont été fait sur le sujet ?
    Je suis infographiste, issue du secteur Audiovisuel, et je commence à peser l’ampleur du problème car de plus en plus, les boites ont recours à des stagiaires (non-rémunérés) en file indienne pour des prestations qui sont ordinairement très couteuses. Il n’est absolument pas tolérable que des micro-sociétés exploitent des jeunes pour vendre leurs prestations. Il faut soit limiter le nombre de stage (quota max) soit revoir le salaire en % selon les qualifications requises pour le stage car bien souvent l’intitulé des annonces de stage ne se différencie pas des annonces d’emploi.
    J’aimerais trouver de l’aide pour élaborer une requête sérieuse et bien réflechie au ministre de l’Emploi afin qu’un service d’enquête et des lois soient mis en place. Des contrôles tels qu’il y en a pour l’Inspection du Travail, l’Hygiène, etc... avec d’éventuelles pénalités à la clé.
    Tout le monde y a bien pensé et je n’ai pas encore lu les forums jusqu’au bout mais je pense qu’il faut effectivement se battre pour faire reculer le chômage contigu à ce type d’abus.
    Vous pouvez me faire part de toutes vos remarques sur l’e-mail que j’ai créé à cet effet : inspectiondesstages@hotmail.fr

    J’attends des propositions de solutions éventuellement illustrés par des témoignages concis. Merci

    • > Je m’interesse depuis quelques temps au problème 29 mai 2005 12:31, par Michel Prik

      Il semble bien qu’il existe un malaise autour de cette question des stages -et autres activités semi rémunérées de formation en alternance- qui était en son temps une solution "gadget" pour maquiller la réalité du chômage et "faciliter" l’insertion des jeunes. Les jeunes à ma connaissance n’apprécient pas plus que les autres de travailler gratuitement, et sans doute ne faut-il plus hésiter aujourd’hui à employer le terme "esclavage" dont on constate le retour de par le monde sous différentes formes.

      Les gouvernements successifs se sont voilés la face quant à la perversion du procédé qui a mené à remplacer de réels emplois par des stagiaires. Et dans ces cas, le principe du stage ne réduit pas le chômage, il l’agrave !!! Mais c’est aujourd’hui un vrai modèle économique pour nombre d’entreprises et on imagine bien que la remise en question de ce système mènerait dans un premier temps à des difficultés de type augmentation des prix nécessairement accompagnée de quelques faillites.

      D’où une vraie omerta dans la presse et chez les acteurs sociaux, syndicats etc.

      Quel leader politique saura prendre le risque de tout ou partie de sa carrière en brisant la perversité de ce système ?

      La question reste posée...

  • Besoin d’aide pour un reportage 20 octobre 2005 18:41, par Sandrine D.

    Bonjour,

    Nous sommes trois étudiants de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille et nous préparons un reportage sur la précarité des diplômés de l’enseignement supérieur. Plus précisément, nous recherchons des témoignages d’étudiants étant contraints d’enchaîner les stages non (ou peu) rémunérés dans des entreprises faute de pouvoir décrocher un CDD ou un CDI. Plusieurs entreprises refusent d’agrandir les rangs de leur personnel en faisant faire le travail par des stagiaires qui se passent le flambeau. N’hésitez pas à nous aiguiller et à nous donner des pistes d’enquête (surtout dans le Nord-Pas-de-Calais) par retour de mail à l’adresse suivante : sandrine_d8@yahoo.fr

    ou à l’un des numéros suivants :

    Sandrine : 06 19 19 32 16

    Delphine : 06 18 21 17 01

    Frédéric : 06 65 50 53 07

  • Fin du scandale des stages ? 16 mai 2006 01:29, par Michel Prik
    La nouvelle charte des
    stages étudiants en entreprise vient
    d’être signée :

    www.recherche.gouv.fr/discours/2006/chartestagetudiants26avril06.htm
    Il semble qu’elle
    correspont à une avancée significative dans la
    lutte contre la précarité.
    • Fin du scandale des stages ? 23 mai 2006 12:10, par benji

      Cette chartre est de la poudre aux yeux.
      Aucune mesure n’est prise pour limiter le nombre de stagaires au sein d’une entreprise. Aucune mesure contraignante pour offrir un minimum au stagiaire concerné.

      Il faut sortir de l’assistanat permanent des entreprises francaises (course à la subvention, optimisation fiscale tolérée, main d’oeuvre gratuite type stagiaire, RMAste...).

      Quand est ce que les inspecteurs du travail vont faire leur travail (sic), les boites de communication US emploient 50% de stagiaires sous convention, tout le monde le sait et pourtant personne ne fait rien.

      Sanctionnons les organismes qui délivrent des conventions de stage de complaisance (INTEC, CNAM, DU universitaires...)