Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2006 > Photo 2006 > La photographie loin des circuits marchands conventionnels

Mémoire

La photographie loin des circuits marchands conventionnels

Mémoire de Camille Evin (Photo 2006) - Directeurs de mémoire : Françoise Denoyelle et Jean-Paul Gandolfo

samedi 18 juin 2011

Partager l'article avec  

Le point de départ de ce travail est une approche critique de la société actuelle, à travers l’axe de sa sphère marchande. Plus concrètement, il s’agit de se demander pourquoi et comment certains (es) photographes choisissent volontairement de s’éloigner des circuits marchands habituels. Deux axes ont été choisis : la production, puis la diffusion de photographies.

Il s’agit de parcourir, en creux, les deux acceptions de l’expression « marché de la photographie ». D’une part, le marché de la photographie désigne l’ensemble des appareils, des consommables et des accessoires qui sont vendus aux photographes. Ma démarche consiste alors à m’intéresser aux expériences de photographes qui essayent d’être le moins dépendant-e-s possible de ce marché, notamment en fabriquant eux-elles-mêmes leurs appareils photographiques, leurs surfaces sensibles, et leurs produits de développement.

D’autre part, le marché de la photographie peut être défini par l’ensemble des photographies qui sont achetées et vendues. Je m’interroge alors sur la possibilité de diffuser des photographies loin de ce marché, de montrer des photographies sans les vendre. Il s’agit, au fond, de s’interroger sur les liens possibles entre photographie et autonomie.