Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2006 > Photo 2006 > La photographie de paysage sous la contrainte

Mémoire

La photographie de paysage sous la contrainte

Mémoire d’Emilie Plaetevoet (Photo 2006) - Directeurs de mémoire : Rolan Menegon et Bertrand Deladerrière

lundi 20 juin 2011

Partager l'article avec  

Réaliser une oeuvre d’art sous l’autorité d’un commanditaire fait, en général, partie intégrante de la vie de l’Artiste et semble aujourd’hui inévitable si l’on est désireux de vivre financièrement de son art. La commande publique peut être particulièrement recherchée pour l’accès à la notoriété qu’elle peut engendrer, au moyen d’une diffusion large des oeuvres.

En photographie elle est devenue relativement courante concernant le paysage urbain, la ville étant le siège de nombreux enjeux qu’il faut tenter de faire valoir auprès des citoyens. Mais le contexte actuel de rapprochement des cultures nous amène à interroger la capacité de chacun (commanditaires et photographes de différents pays) à conserver son identité dans l’élaboration d’une relation où art et politique se mêlent. Il est intéressant de revenir sur l’histoire du paysage et sur sa relation intime à l’art, qui ouvre la voie à une corrélation entre le paysage urbain et la photographie, tous deux issus de la révolution industrielle. D’autre part, l’exploration de la commande publique d’oeuvre d’art nous amène à appréhender son fonctionnement et à établir les fondements qui permettent de comparer une commande publique en France et au Luxembourg.

Basé sur des entretiens et documents, le corps de notre recherche tente d’énoncer les différentes caractéristiques propres à chaque commande, au travers des oeuvres réalisées, du point de vue des photographes et des commanditaires : le Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau de Kirchberg au Luxembourg, ainsi que la ville de Cherbourg-Octeville et le Ministère de la Culture en France. On parcourt ainsi les attentes explicites et implicites des commanditaires, leur implication dans la commande, la relation commanditaire/photographe, les enjeux de la commande, la démarche des photographes, leur rapport au travail de commande, l’oeuvre résultante et la restitution qui en est faite. La confrontation des deux commandes publiques permet d’émettre des éléments de réponses quant à leurs similitudes et différences, puis d’ouvrir sur la question de l’évolution de l’auteur photographe dans le marché Européen.

Ma pratique personnelle de la commande, en parallèle de celle du Luxembourg, apporte un point de vue supplémentaire et tente de dégager, en plaçant mon travail par rapport à celui des autres photographes, une éventuelle identité culturelle ou européenne.