Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2006 > Cinéma 2006 > Cadre et formats spéciaux

Mémoire

Cadre et formats spéciaux

Mémoire de Renan Boucard (Ciné 2006) - Directeur de mémoire : Tony gauthier

jeudi 30 juin 2011

Partager l'article avec  

Le cadre est un élément fondateur de toute écriture cinématographique, et il convient donc de se pencher sur comment des cas particuliers comme le Cinémascope, l’Omnimax ou la télévision peuvent induire des changements dans la narration d’un film.

Le point commun des formats géants est de fournir une stimulation accrue de la vision périphérique, basant la narration sur une composante sensorielle essentielle qu’il convient de ne pas reléguer à la spectacularisation pure. Le mode de vision d’une projection hémisphérique est tellement différent qu’il convient de parler d’un nouveau mode de représentation, d’un « cadre rayonnant » aux possibilités aussi infinies que le cadre traditionnel que l’on connaît.

De son côté, la télévision ne doit pas être perçue comme une simple réduction du cinéma : le marché oblige les cinéastes à montrer leur film de cette manière, et il convient d’en dégager les grands mécanismes pour pouvoir faire cette « conversion » sans heurts pour l’expérience filmique.

En définitive, seule une telle conscience du format utilisé permet véritablement de penser son film comme un objet avec des caractéristiques qui ne doivent pas être soumises à des variations intempestives et dénaturantes.