Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2006 > Cinéma 2006 > Digimas

Mémoire

Digimas

Mémoire de Sidonie Moulart (Ciné 2006) - Directeur de mémoire : Etienne Mineur

vendredi 1er juillet 2011

Partager l'article avec  

Deux technologies fondamentales naquirent au XXème siècle : le cinéma et l’informatique. Elles ont révolutionné notre façon de créer et de manipuler nos représentations du monde.

Á tel point que le groupe de recherche de l’Université de Berkeley, le « Garage Cinema Research Group » mené par Marc Davis, a travaillé sur la notion de cinéma comme nouvelle « langue maternelle ». Ces étudiants et chercheurs visionnaires envisagent les conséquences de l’intégration des nouveaux médias dans notre vie quotidienne, c’est-à-dire les changements que cela apportera aux formes et aux possibilités du langage, de la communication et de l’expression humaine. Ils croisent ainsi leurs points de vue technologiques, sociologiques et artistiques, sur des expériences originales et centrées sur l’interactivité, la création et la communication par l’image.

Ce sont ces hybridations et leur intégration dans l’environnement contemporain qui composent notre objet d’études et plus spécifiquement l’apport de la technologie Internet à la pratique filmique. Ceci étant dit, il devient évident que nous ne chercherons pas ici à faire un simple tour d’horizon des oeuvres filmiques diffusées sur le web, mais à comprendre comment l’utilisation de ce médium, et de façon plus générale, « les nouvelles technologies », font évoluer la narration et l’esthétique cinématographiques.

Sur le Net, nous pouvons visualiser des films de facture « classique », et dans ce cas, il sera intéressant d’étudier ce qu’une visualisation sur le petit écran d’un « Personnal Computer » change à la perception du film. Mais la plupart des oeuvres que nous analyserons ici, n’ont pas cette facture classique liée à une narration linéaire et nous ne pouvons pas les dénommer « films » car ce sont des objets hybrides, oeuvres résultantes de la rencontre entre l’art du récit et les médias interactifs numériques. Plusieurs mots-valise ont été jusque-là envisagés : webfilms, webmovies, wovies… Notre choix s’est arrêté sur « digima », contraction de digital animation, terme de plus en plus employé dans la presse spécialisée, il défini les créations audiovisuelles multimédia du Net.