Accueil du site > Technique > Mémoires > Mémoires 2006 > Cinéma 2006 > Du grain au bruit : vers une sensitométrie numérique appliquée

Mémoire

Du grain au bruit : vers une sensitométrie numérique appliquée

Mémoire de Charlie Lenormand (Ciné 2006) - Directeurs de mémoire : Alain Delhaise et Philippe Valognes

jeudi 16 juin 2011

Partager l'article avec  

Chargé tout d’abord de filmer, de développer et de projeter les images animées, le rôle de l’opérateur se recentre à présent sur la juste exposition des images, base de l’esthétique d’un film.

C’est donc sciemment qu’il choisit parfois de jouer avec la surexposition comme la sous-exposition de son image, induisant une certaine granularité, une colorie particulière, etc. Or la prise de vue Haute Définition remet l’ensemble de ces paramètres en jeu, et les films jusqu’alors tournés ainsi posent de nombreuses reprises des problèmes d’exposition, mais aussi de raccord pour des tournages hybrides.

C’est pourquoi, la prise de vues HD dont l’importante place n’est plus à présent discutée, remet en cause bon nombre de réflexes et d’habitudes d’opérateurs, qui craignent encore le plus souvent le changement de support.